RECHERCHER DANS CE SITE

vendredi 28 décembre 2018

Démocratie et libéralisme, je t’aime moi non plus ?



Le Serment du Jeu de Paume - Jacques-Louis David
Le libéralisme n’implique pas la démocratie mais il tente de se marier avec elle, mais jusqu’où ce mariage est-il possible ? 

N’y a-t-il pas aujourd’hui un divorce entre démocratie et libéralisme ?

Une émission présentée par Anastasia Colosimo.

L'invité du jour :

Lucien Jaume, directeur de recherche émérite CNRS au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po

L'assemblée du peuple

Dans l'assemblée du peuple seuls les pauvres en général viennent, les riches ne viennent pas parce qu’ ils ont peur d’être dénoncés, d'ailleurs si vous déclarez mal vos revenus vos voisins s'en occupent. A Athènes quand un riche ne donne pas assez d'argent par-exemple pour les bateaux, pour la flotte ou pour les cérémonies religieuses ses voisins le dénoncent et il passe en justice c'est à dire devant des tribunaux populaires. Lucien Jaume

Athènes, un école pour toute la Grèce

Athènes c'est une invention merveilleuse extraordinaire de la démocratie c'est à dire de l’égalité entre les citoyens et en principe de la liberté. Il y a le célèbre discours de Périclès pour les soldats tombés à la guerre ou Périclès fait l’éloge de la démocratie athénienne et où il dit avec fierté : nous sommes une école pour toute la Grèce. Lucien Jaume

Platon contre la démocratie

Platon est un adversaire de la démocratie, il en plaisante même, il dit que dans le régime démocratique même les ânes ne veulent pas céder le passage sur le chemin ce qui montre comment les individus démocratiques ont tout les droits. Pour lui c'est le règne de la démagogie et surtout le règne de l’illimité. C'est à dire que la démocratie crée des appétits sans limites, appétit de paroles, appétit de violence, appétit d'impérialisme, appétit d'enrichissement de la société, beaux monuments, belles choses, luxe et appétit également dans toutes les passions humaines. Lui évidemment est pour un système où l'idée du bien dominerait et où l’on formerait des philosophes et des gardiens de la cité. Aristote n’est pas d’accord, il considère que la multitude peut arriver à un jugement sage parce-que les avis s’équilibrent. Aristote réhabilite l’opinion. Il n’aime pas la démocratie, il est pour un régime mixte combinant des principes démocratiques, des principes aristocratiques et monarchiques.  Lucien Jaume

John Locke et le libéralisme

Vous avez avec John Locke une philosophie libérale où tout part de l’individu et tout revient à l’individu. A l’état de nature les individus ne peuvent pas subsister, il faut qu’ils passent un contrat et par ce contrat ils décident de se donner une règle, cette règle c’est la règle de majorité. Ils se donnent cette règle par libre décision, ils ont donc formé un corps. A partir de là cette règle de majorité permet d’instituer  par confiance (trust), un corps législatif de représentants. Le trust veut dire trois choses chez Locke, ça veut dire la confiance mais ça veut dire aussi une mission à remplir et cela veut dire une délégation. C’est le principe démocratique qui est la en œuvre mais le point important chez Locke c’est que le principe démocratique où la majorité commande à la minorité ne supprime jamais le principe individuel. Lucien Jaume

Textes lus par Georges Claisse

John Locke, Second traité du gouvernement civil, (1690), chapitre 8, PUF
Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, (1835), Introduction, Tome 1, Œuvres Complètes, Gallimard
Alexie de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, (1835), Tome 3,Œuvres Complètes, Gallimard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire