RECHERCHER DANS CE SITE

lundi 19 novembre 2018

Utopies : le passé des avenirs rêvés | France culture 2013



La quinzième saison de cette émission, qui a été lancée au siècle dernier, à la fin de l’été de 1999, à l’initiative de Laure Adler, s’ouvre ce matin au Palais de Tokyo. Nous y sommes installés pour participer, en direct et en public, et évidemment de grand cœur, à la célébration du 50e anniversaire de France Culture. Cette fête étant tournée vers l’avenir, nous pourrions, nous qui parlons par vocation des échos entre le passé et le présent, nous en trouver quelque peu décontenancés. Eh bien pas du tout ! Car on peut définir, en marge de l’histoire générale une petite sous-discipline, qui appelle la curiosité : il s’agit de l’histoire du futur. 

L’histoire de la manière dont, au long des âges, les hommes se sont imaginés l’avenir de leur espèce et de la planète qui les abrite. Michèle Riot-Sarcey, mon invitée, professeur à l’université de Paris VIII, entre autres ouvrages importants, a dirigé naguère un précieux Dictionnaire des utopies . Elle y rend, naturellement, hommage à Thomas More, qui publia en 1516 l’ouvrage intitulé Utopia , source de ce mot immortel. Elle va nous accompagner ce matin dans l’évocation de quelques-uns des projets et des rêves que, d’âge en âge, des esprits inventifs et généreux, sans trop se soucier des contraintes de la raison immédiate, ont projeté dans le futur. 

Et nous allons aborder de concert une réflexion fondamentale.

L’utopie est-elle vraiment émancipatrice ?

Ou bien joue-t-elle un rôle de soutien indirect à l’ordre établi en détournant des énergies de la réforme vers le farfelu de l’impossible ou bien en ouvrant un vaste champ, par contraste, aux ironies des esprits rassis, sinon aux systèmes totalitaires ?

Rude question dont vous jugerez peut-être qu’elle mérite d’être éclairée. Jean-Noël Jeanneney

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire