RECHERCHER DANS CE SITE

vendredi 9 novembre 2018

Pire qu’un hommage à Pétain : être courtisan et défendre celui qui défend Pétain



Il y a pire que le fait de rendre hommage au maréchal Pétain…

Le Maréchal Philippe Petain, chef du gouvernement de Vichy,
serrant la main d'Adolf Hitler à Montoire-sur-le-Loir, le 24 octobre 1940
Oui, il y a pire qu’un hommage à Pétain, il y a le fait de rendre hommage à l’hommage à Pétain, autrement dit le fait de défendre l’hommage adressé à un homme qui a laissé tant d’orphelins en France, orphelins d’ailleurs je m’égare, puisqu’à Vichy on disait alors  « n’oubliez pas les enfants ». 

Alors, pourquoi défendre cet hommage ? 

Eh bien, parce que l’on est un courtisan, en racontant à peu près n’importe quoi, et, par exemple, que le Général de Gaulle rendait hommage au vainqueur de Verdun, alors de Gaulle, qui connaissait bien Pétain, ne lui cédait rien. On prêtait, par exemple, à de Gaulle cette phrase sur Pétain : « travail famille patrie, drôle de devise pour Pétain, lui qui n’a jamais travaillé, pas eu de famille et vendu la patrie ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire