Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 25 novembre 2019

L'Enfer de Dante



Grande source d'inspiration en art et monument incontestable de la littérature classique, "la Divine Comédie" serait au fondement même de la langue italienne. Ce documentaire offre une relecture de cette oeuvre en osant un rapprochement saisissant avec l'enfer vécu actuellement par les migrants ainsi qu'un portrait fascinant de Dante.

Élu au conseil des Cent de Florence, Dante Alighieri (1265-1321) eut la mauvaise idée de choisir le camp favorable de l'empereur du Saint- Empire Romain germanique contre celui qui défendait le pape. Condamné au bûcher, il réussit à échapper et vécut ensuite en banni, errant dans une Italie en guerre. C'est au cours de ses pérégrinations qu'il écrit La divine comédie.

Aujourd'hui encore, ses descriptions de l'enfer, du purgatoire et du paradis sont si plastiques et évocatrices qu'elles continuent d'inspirer peintres, écrivains et cinéastes. L'oeuvre de Dante est par ailleurs fondatrice de la langue italienne et de son parler populaire contrairement au latin, apanage des clercs et des érudits.

L'enfer d'aujourd'hui

En parlant d'une édition rarissime de La divine comédie conservée à Hambourg et émaillée de citations, le film met en exergue ce qui peut représenter aujourd'hui les bateaux de migrants surchargés et les cadavres sur les plages de Lampedusa.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire