RECHERCHER DANS CE SITE

dimanche 11 novembre 2018

L'Église peut-elle en finir avec les abus sexuels ? France culture 30/08/2018



États-Unis, Chili, Australie… Le nombre de pays touchés par des scandales d’abus sexuels au sein de l'Église catholique ne cesse de croître. Après des années de silence, l'Église peut-t-elle changer ? Ou s’agit-il d’une insoluble dérive structurelle ?

Des militants de Ending Clergy Abuse (ECA), une organisation internationale
contre les abus sexuels d'enfants dans l'Église catholique posent avec des photos de membres du clergé

Au moins 1000 enfants victimes d’abus sexuels commis par plus de 300 prêtres, depuis les années 50, en Pennsylvanie. Des prêtres couverts par leur hiérarchie. C’est ce que révélait, il y a une quinzaine de jours, le procureur général de cet Etat américain, en rendant public une enquête menée par ses services. Nouveau scandale de pédophilie dans l’Eglise catholique, après l’Australie, après le Chili, après l’Irlande…

Quelques jours plus tard, le Vatican publiait une lettre du pape François, adressée au peuple de Dieu. Lettre dans laquelle le souverain pontife évoque sa douleur face à celle des victimes, renouvelle ses demandes de pardon, et en appelle à une prise de conscience collective de la communauté des croyants. En leur demandant notamment de " dire non à toute forme de cléricalisme ".

Le cléricalisme, autrement dit la confiance excessive placée dans l’autorité des hommes d’Eglise, qui favorise les abus de pouvoir et entretient le silence sur ces abus. Lui dire non revient à mener une sorte de révolution culturelle. Mais n’est-ce pas également de réformes structurelles dont le catholicisme a besoin pour lutter efficacement contre ces violences ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire