RECHERCHER DANS CE SITE

mardi 20 novembre 2018

La langue a-t-elle un sexe ?




Dans le passage du latin au français, le genre neutre s’est peu à peu fondu dans le genre masculin dominant. Aujourd’hui, la querelle de la féminisation des noms de métiers montre toute l’importance du rôle de la langue : faux débats ou juste reconnaissance de la place du féminin ?

Avant la domination du genre masculin dans la langue française, le féminin fut à l'honneur avant de disparaître et l'être de nouveau aujourd'hui au coeur de querelles linguistiques, politiques, et finalement philosophiques.

La langue française invite à expliciter ou omettre le caractère sexuellement mixte du groupe humain dont il parle... Et le purisme académique a imposé le masculin en toutes circonstances, persistant à s’opposer à la féminisation de la langue.

Aujourd'hui, écrivaine, autrice, poétesse, nul accord n'est possible sur ces professions au féminin.

Aujourd'hui, que se joue-t-il dans l'écriture inclusive et la féminisation des noms de métiers : faux débats, instrumentalisation de la langue ou bien juste reconnaissance de la place du féminin dans nos façons de dire ?

L'invité du jour :

Bernard Cerquiglini, linguiste, professeur de linguistique à Paris VII, membre de l’Oulipo, ancien recteur de l’agence universitaire de la Francophonie. Auteur de Le Ministre est enceinte ou La grande querelle de la féminisation des noms aux éditions du Seuil.

L'exclusion des femmes à partir 17ème siècle

Les femmes sont exclues du domaine littéraire à partir du 17ème siècle et tout le vocabulaire disparaît… Je suis étonné d’entendre les puristes critiquer le mot "écrivaine" en disant qu'il s'agît d'un néologisme épouvantable. "Ecrivaine" a fonctionné au Moyen Âge et au 16ème siècle, de même "autrice" n’est pas distinguable de "actrice" ! Autrice a été utilisé régulièrement jusqu’au jour où l’Académie française et la grammaire officielle étant fondées, on a exclu les femmes.        
Mon livre est tout simplement une étude historique de vocabulaire qui vient prouver matériellement ce que les historiens et les sociologues ont dit de l’exclusion des femmes à partir du 17ème siècle. Bernard Cerquiglini

L'arrogance de l'Académie française

Comment a-t-on pu, en France, pendant 30 ans, bloquer avec autorité et même arrogance un changement linguistique qui est naturel ? Nous avons toute la morphologie pour former des féminins, conforme à l’histoire de la langue et socialement juste : les femmes exerçant des professions doivent être nommées au féminin ! Ces changements ont pris naissance en francophonie au Québec, ensuite en Belgique, en Suisse. Pourquoi la France est-elle restée en retard pendant 30 ans ? Il faut donc examiner pourquoi l’Académie française s’est trompée. C’est un échec exemplaire : c’est le succès de la francophonie et le deuil éclatant du purisme français. Bernard Cerquiglini

L'échec de l'Académie française

Il y a une tradition misogyne à l’Académie française qui a mis beaucoup de temps à admettre des femmes. Au-delà de cela, l’Académie a eu du mal à se repositionner au 20ème siècle. Elle a admirablement fonctionné au 17ème, 18ème, 19ème siècles avec de très grandes créations et des décisions très justes mais c’était l’époque où le Français était une langue de France. Statistiquement, moralement. Maintenant, le Français est mondial et on parle le Français librement et sans se soucier de la norme académique à Namur, à Dakar et à Montréal !        
L’échec de l’Académie vient du fait qu’elle n’a pas réussi à repenser sa position, à avoir un sentiment de la norme qui soit une normale mondiale. Bernard Cerquiglini

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire