Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».

A sa création, le Grand Orient de Belgique est exclusivement masculin, ses loges n'initient que des hommes. Les loges peuvent cependant décider d'accueillir des sœurs selon des modalités propres à ces premières.

En septembre 2009, Bertrand Fondu, alors grand maître de l'obédience déclare, en référence à une commission d'étude interne sur la mixité que les travaux des loges seront pris en compte en ce qui concerne la création de loge mixte, masculine ou féminine. La réflexion juridique du Grand Collège du Grand Orient de Belgique se clôture un mois après. La conclusion parait dans la presse et annonce une position favorable à la mixité.

Le dimanche 16 février 2020, une assemblée générale extraordinaire historique composée de tous les représentants de l’obédience vote à la majorité de 70% la modification de ses statuts et règlements. Le GOB devient une confédération formée d’une fédération masculine, d’une fédération mixte et d’une fédération féminine.

« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

« Que puis-je savoir ? - Que dois-je faire ? - Que m'est-il permis d'espérer ? » Emmanuel Kant

« Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l’ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains. » Einstein

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 16 novembre 2018

Kate Raworth: Creating a 21st century economy - Doughnut Economics



Today's economies are giving rise to the global 1% while running down the planet on which all of our lives depend.

How, then, should we redesign our economies so that they start to meet the needs of all within the means of the planet?

We will speak with Raworth about the concrete steps that should be undertaken by economists, policy makers, companies and consumers, to make our economies fit for the future.

Raworth presents ‘The Doughnut’ of social and planetary boundaries as a playfully serious compass for human prosperity in the 21st century, setting out the social foundation below which no one should fall, and the ecological ceiling that humanity should not exceed. If getting into the Doughnut is humanity's 21st century goal, then what kind of policies will it take to get there? According to Raworth, economic policymakers should drop their obsessive focus on GDP growth and instead, aim to create economies that are regenerative and distributive by design. But what will it take to make this happen and where will change begin? Join Kate in discussion on the key ways to think like a 21st century economist.

About Kate Raworth

Kate Raworth is a renegade economist, passionate about making economics fit for 21st century challenges. She is one of the world’s leading thinkers on new economics and presents an answer to one of the most pressing issues of our time. Her internationally acclaimed idea of Doughnut Economics has been widely influential amongst sustainable development thinkers, progressive businesses and political activists, and she has presented it to audiences ranging from the UN General Assembly to the Occupy movement. Her internationally best-selling book, Doughnut Economics: seven ways to think like a 21st century economist (2017) has been translated into over 10 languages.

The truth about Easter Island: a sustainable society has been falsely blamed for its own demise

Aucun commentaire:

Publier un commentaire