RECHERCHER DANS CE SITE

mercredi 14 novembre 2018

Fraternité et Amitié, quelle différence ? | Ordre initiatique et traditionnel de l'Art royal

Fraternité et Amitié, quelle différence ?

La Fraternité est définie à la fois comme le lien de solidarité qui devrait unir tous les membres d’une famille mais également comme le sentiment de ce lien. Cette famille peut alors être de différentes natures : il peut s’agir de la famille humaine, mais également d’organisations qui se sont formées autour d’un même idéal : fraternités d’armes, fraternités constituées autour d’un intérêt commun qui s’apparentent dans ce cas à des réseaux d’influence. 

Dans tous les cas, le lien de solidarité qui unit ces personnes met en évidence un sentiment de devoir moral, c'est-à-dire l’acceptation a priori de règles de conduite considérées comme bonne par l’ensemble du groupe. L’un des aspects caractéristiques de la Fraternité est qu’il s’agit d’un lien de sang, réel ou symbolique, entre plusieurs individus. Ce lien de sang est là, il ne se discute pas et tant que le sentiment de Fraternité est là, ce lien perdure avec ses règles.

L’Amitié, elle, est définie comme le sentiment d’affection entre deux personnes. Il s’agit de l’attachement, de l’affection qu’une personne porte à une autre. Jules Renard, dans son « Journal », va même jusqu’à définir l’amitié comme le mariage de deux êtres qui ne peuvent pas coucher ensemble. On parle d’ailleurs d’Amitié particulière pour décrire une liaison homosexuelle entre adolescents. Le lien qui unit deux amis est donc avant tout un lien d’amour, au sens large bien évidemment, qui surpasse les liens qui les unissent à toute autre personne. Un ami ne juge pas, il est simplement là.

Fraternité et Amitié : ressemblances et différences 
Deux notions qui se ressemblent…

Avant d’évoquer avec vous les différences existant entre Fraternité et Amitié, je souhaiterais que nous nous attachions d’abord aux points de ressemblance. Rien de tel pour cela d’ailleurs que l’évocation d’un certain nombre de dictons ou citations auxquels nos frères ont largement fait appel. On dit de quelqu’un : c’est plus que mon ami, c’est mon frère. Mais également mon frère, c’est mon ami. L’ami de la maison est celui qui est reçu comme s’il appartenait à la famille, comme si c’était un frère. Cette notion se retrouve partout. Ainsi dit-on en Chine qu’un frère est un ami qui nous a été donné par la nature. On voit bien, au travers de ces différents exemples, qu’au-delà de leurs différences, Fraternité et Amitié se ressemblent par bien des points. D’abord, le lien d’amitié ou de fraternité qui unit différentes personnes se traduit souvent par le partage de valeurs morales et de règles communes, soit liées à l’éducation, soit provenant du choix même des individus. Ensuite, la réciprocité est évidente. L’amitié n’est jamais à sens unique, sans quoi le lien qui la constitue ne prend pas le même sens. De la même façons, je suis le frère d’une personne car elle me reconnaît comme telle, et cette reconnaissance est mutuelle. Enfin, Fraternité et Amitié font largement appel à des formes de solidarité indéniables ainsi qu’à la tolérance, qui, si elles sont graduelles en fonction des individus, sont généralement plus présentes que dans d’autres formes d’associations.

Mais qui comportent des différences certaines  : Parmi les principales différences qui se dégage entre Fraternité et Amitié, il en est une qui ressort particulièrement. L’amitié est un lien qui unit deux, voire trois êtres mais jamais plus. L’amitié est une sorte d’alchimie, en de nombreux points comparable à l’amour, qui fait que deux individus parfois fondamentalement différents, n’ayant pas forcément la même éducation ou les mêmes centres d’intérêts vont se reconnaître comme amis en raison de ce lien indéfinissable qui les unit. De ce point de vue, la fraternité, sortie de sa signification liée aux liens de sang, est beaucoup plus réfléchie. Elle provient souvent du désir de partager des valeurs, un idéal ou encore des intérêts avec d’autres individus. Par là même, elle permet de développer un lien entre de nombreuses personnes mais dans un cadre beaucoup plus régi par la règle. On devient frère généralement suite à une initiation ou une intronisation et il existe un rituel pour vivre cette fraternité. Pour illustrer cette vision, je vous renvoie au dicton « on choisit ses amis, pas sa famille ».

Une autre différence marquante entre Amitié et fraternité tient de l’égalité entre individus.

Deux amis ne sont pas forcément égaux alors que deux frères, ayant accepté un contrat commun, le sont par définition. Bien entendu, il existe des subtilités évidentes quant à cette égalité en fonction des fraternités, mais cette caractéristique a une conséquence assez immédiate. Il existe entre deux frères un effet miroir, qui leur permet de mieux se connaître grâce à l’image que leur renvoie leur frère et donc de progresser dans la connaissance que chacun a de lui-même. Cet effet n’existe pas forcément entre amis, car la relation d’amour qui les unit est tout à fait différente. L’amour s’accompagne souvent de domination, de compromis même si ce n’est pas une règle absolue qui font que l’image qui nous est renvoyée est souvent une image transformée.

Et la fraternité maçonnique dans tout çà ?

L’un des principaux intérêts de cette question, en tant que francs-maçons, est de nous interroger sur ce qu’est la Fraternité que nous ressentons tous, mais parfois avec des sensibilités et des interrogations différentes. Avant tout, disons nous une fois pour toute que Fraternité et Amitié ne sont pas incompatibles. Je peux trouver des amis parmi mes frères, c’est un lien qui de toute façon est rarement choisi. Il n’en reste pas moins indéniable que si la loge est un lieu propice au développement de relations de cette nature, ce n’est pas pour cette raison que nous sommes initiés et que nous devenons frères.

Lorsque nous sommes initiés et devenons par là même Frères, nous actons une reconnaissance mutuelle. Mon Frère me reçoit car il me reconnaît comme tel, et j’accepte son droit à me recevoir car je le reconnais également comme tel. Devenir Frère, c’est accepter l’autre comme son égal mais également lui reconnaître ce droit. Être frères, c’est accepter a priori ce lien particulier fait de valeurs et de reconnaissances communes qui justifient le serment que nous prêtons lorsque nous sommes initiés de nous entraider. C’est ce que nous évoquons lorsque, lors des chaînes d’union, nous promettons de ne jamais oublier que « l’Amour fraternel est la base, la pierre angulaire, le ciment et la gloire de notre vieille confrérie.» La fraternité est ce qui nous permet d’être plus forts, de mieux assoir nos valeurs en tant que maillons d’une chaîne dans laquelle chacun a sa place, libéré de relations d’influences telles qu’on peut en trouver dans le monde profane… ou en amitié.

Ordre initiatique et traditionnel de l'Art royal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire