Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 19 avril 2020

Blaise Pascal, vers l’infini et au-delà : Portrait d’un homme contrarié | France culture 03/10/2018



Blaise Pascal, 1623 – 1662, est connu comme homme de foi et célèbre mathématicien. Mais il a également développé, par le moyen de la religion, une pensée philosophique de l’existence, réaliste et concrète…

Dans l’analyse des comportements humains, il a sondé l’âme, fondement de notre condition.

Il critiqua l’approche classique cartésienne de l’union de son âme et de son corps, proposant sa vision d' « une crise de l’homme » : une incapacité à l’unification, l’homme contrarié est alors prisonnier de sa condition humaine, la finitude.

L'image de l'homme chez Blaise Pascal

"Ce que critique Pascal à travers l’homme, ce n’est pas l’homme en général mais l’ambition philosophique de fonder sur l’homme le savoir, la vérité, le bonheur. De faire de lui une idole qui se substitue à dieu. L’homme se vouant un culte à lui-même est un peu celui de la Renaissance, il fait de lui un quasi dieu ou l’image de dieu sur terre.

Chez Pascal l’homme n’est plus du tout une image de dieu ou alors complètement brouillée, un palimpseste qu’il faut déchiffrer.

Finalement l’homme présente à la lecture beaucoup plus de contrariétés, de négativité que de positivité. Il ne s’agit pas de l’homme de Descartes, l’homme infini… Pascal se moque de cela, qui lui semble être une hubris philosophique de la démesure consistant à faire de l’homme un quasi dieu."

Pierre Guenancia, philosophe, professeur d’histoire de la philosophie moderne à l’Université de Bourgogne

Aucun commentaire:

Publier un commentaire