Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures. Liberté, Égalité, Fraternité

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 13 juin 2022

Heureux qui comme "Moi, Je" avec la sociologue Eva Illouz | France Culture



Idéal aristotélicien ou instrument du pouvoir, le bonheur s'érige aujourd'hui comme une véritable obsession. Pour en parler, Olivia Gesbert reçoit la sociologue Eva Illouz, co-auteur de "Happycratie : Comment l'industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies" (Premier Parallèle, 2018).

Des cours de yoga aux applis pour méditer, en passant par les coachs personnels et les indices étatiques de prospérité, il semble bien que le bonheur soit devenu une véritable obsession de notre société. Et il ne suffit plus de l’être ou de vouloir l’être, il faut en plus avoir l’air d’être heureux.

[Le culte du bonheur créé] de nouvelles hiérarchies émotionnelles où ceux qui râlent, ceux qui sont en colère sont "pathologisés".
(Eva Illouz)

>>> Eva Illouz, sociologue : "La langue des intérêts divergents entre salariés et patrons devient inintelligible. La langue du bonheur donne le sentiment qu’on a tous le même intérêt, ce qui crée une forme de paternalisme auquel il est beaucoup plus difficile de s’opposer."

C’est du moins l’un des constats posés par Eva Illouz dans Happycratie, qui paraît chez Premier Parallèle (2018), un livre co-écrit avec Edgar Cabanas.

De plus en plus d’ouvrages surfent aujourd’hui sur cette « injonction au bonheur ». Leurs auteurs sont psychiatres, philosophes, sociologues, managers... ils ont la recette d’un bonheur sans illusions, les clés d’un Narcisse retrouvé. Une injonction permanente et une invitation à trouver la voie du bonheur, en cas d’impasse prolongée.

Devenu grande cause nationale aux Etats-Unis, dont la figure du « self made man » est la corollaire emblématique, le phénomène s’est mondialisé, au point que les Emirats Arabes Unis aient nommé une ministre du bonheur en 2016.

Il s’agit de voir ses expériences comme des opportunités pour renforcer notre structure psychique et faire preuve de positivité là où il n’y aurait que de la négativité, comme dans un monde de guerre.
(Eva Illouz)

Plus encore, l’injonction au bonheur est le pilier d’une véritable industrie. Marchandise intangible, le bonheur est une bonne affaire, ce qu’avaient déjà compris des groupes comme Coca-Cola, fort de son Coca-Cola Happiness Institute. Les entreprises actuelles, start-up en tête, se développent de plus en plus dans ce sens, smiley et Chief Happiness Officer à l’appui.

Nous voyons une affinité entre le néolibéralisme et cette quête du bonheur. (…) Les individus sont seuls face à eux-mêmes et ne doivent donc demander de comptes qu’à eux-mêmes.
(Eva Illouz)

Pour en parler, la sociologue Eva Illouz, professeure à l'Université hébraïque de Jérusalem. Elle est notamment l’auteure de Les sentiments du capitalisme (Seuil, 2006). En 2012, elle signe Pourquoi l'amour fait mal : l'expérience amoureuse dans la modernité (Seuil), un livre de sciences sociales sur les contours de l’expérience amoureuse dans les sociétés modernes.



La sociologue Eva Illouz critique et analyse les ressorts de la "tyrannie du bonheur" véhiculée par notre société, celle d'une utopie néolibérale où les entrepreneurs du bien-être et les experts en bonheur font florès.

1 commentaire:

  1. A tous et à toutes,
    Je reprends ici un sujet d'Article d'un des derniers Blogs AP7 en l'amplifiant et en l'illustrant d'exemples pour confirmer ma pleine adhésion au sujet en référence ; Avant tout,
    • Définition : Qui rend heureux (de moyenne à longue durée)
    • Étymologie : Dérivé du Latin Bonus... en Bien Bienheureux (Anglais – Happiness)
    • Principaux Synonymes : plénitude - bien être extrême - félicité - être heureux - joie extatique - ataraxie - volupté -
    En effet, il ne peut, en aucun cas être imposé, ni démocratiquement, encore moins par la contrainte, ni socialement ni politiquement. Il n'a pas d’Age et peut survenir (ou être perdu) à tous les stades de la vie courante. Il dépendra du ou des sens que l'on donne à sa Vie, à ses actes réussis ou manqués, à son conscient ou (surtout) son subconscient. Cependant, il peut dépendre de l'entourage familial, amical ou collectif, la bonne entente ou sympathie, voire de la bienveillance si pas de la Fraternité envers une personne en manque. Les Valeurs Egalitaire et Libertaire me semblent l'accompagnement indispensable à ce qui précède. Avant de citer qq exemples, j'insiste sur le fait que je ne défends aucune valeur ni accable aucune intention. Je me borne à citer des faits (ndlr)
    A titre d'exemple, celui d'une grande Entreprise Commerciale ou Industrielle hiérarchisée sur plusieurs niveaux directionnels et exécutifs : Du Patron ou Patronne (CEO/PDG)) en recherche de Pouvoir ou d'Identité, de créativité ou de résultats, de reconnaissance. Aux exécutants/tes intermédiaires dans l'accomplissement de leurs tâches et la réalisation d'objectifs tels qu'assignés. Aussi, du sens qu'ils/elles ont trouvé ou donné à leur travail (social, écologique, humain…). Dans la généralité des cas, une réussite familiale et le bénéfice d'un entourage d'amitié tendant vers une plénitude.
    Pour d'autres, un engagement et/ou une immersion dans une entreprise médicale, une ONG, une implication active en Politique. Les cas sont multiples et variés mais tjrs totalement individuels/personnels. Je serais déjà Heureux moi-même si je parvenais à vous convaincre.
    Les exemples sont multiples et variés… " Il y aurait ainsi, également, un principe de "hiérarchisation" dans l'élaboration des Bonheurs individuels"
    Candide

    RépondreSupprimer