Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

samedi 11 août 2018

LA FAMILLE PAR CONTRAT : Un traité d’émancipation pour le XXIe siècle | Génération Libre

Pour que l’amour soit libre, il faut que la loi soit aveugle. Le nouvel essai de la collection « GénérationLibre » des Presses Universitaires de France (Puf) propose de régler les relations familiales par le biais du contrat.

« La famille est un arrangement purement privé dont la loi ne saurait se mêler ». Dans cet essai, Daniel BORRILLO, chercheur au CERSA/CNRS, propose d’affranchir les relations familiales de tout déterminisme et de substituer au cadre institutionnel imposé un nouveau modèle contractuel.

Au familialisme patriarcal, la théorie du contrat oppose la possibilité de construire des relations fondées sur le consentement libre des intéressés.

Le contrat comme fondement des relations familiales impliquerait plusieurs réformes majeures : suppression de la réserve héréditaire, de la mention du sexe de l’état civil, légalisation de la GPA, etc.


En cinquante ans, le modèle dominant de la famille nucléaire, unie pour la vie, a volé en éclats. La famille est progressivement devenue un instrument d’autoréalisation des membres qui la composent plutôt qu’une fin en soi, tandis que les impératifs économiques, la circulation accrue des personnes, l’égalité femmes-hommes et la reconnaissance des sexualités minoritaires ont bouleversé les agencements familiaux.

En Occident, les familles sont nucléaires, monoparentales,recomposées ou homoparentales, composées d’enfants biologiques, adoptifs ou issus d’une assistance médicale à la procréation.Face à cette réalité multiple, l’État doit reconnaître la légitimité d’un tel pluralisme en ne privilégiant aucune forme familiale sur une autre, sous peine de compromettre l’égalité et la paix sociale.

Daniel Borrillo montre dans cet ouvrage que la contractualisation et la déjudiciarisation sont les principes qui permettront d’accompagner ce processus qui place le fait familial au cœur de la vie privée et surtout de garantir la pluralité familiale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire