RECHERCHER DANS CE BLOG

mercredi 10 avril 2019

Premières ondes gravitationnelles détectées en Europe | LE MONDE 27.09.2017

La déformation de l’espace-temps engendrée par une fusion de trous noirs a été captée par l’instrument Virgo, en Italie, en lien avec un détecteur américain.

Et de quatre. La litanie du passage d’ondes gravitationnelles sur Terre se poursuit. Elles font vibrer l’espace-temps qui nous entoure à la manière d’un veau en gelée se faisant secouer par un cuisinier. Par trois fois déjà, des détecteurs ont observé à leur passage les minuscules dilatations et contractions des distances sur moins du millième du diamètre d’un électron.

Cette fois la nouveauté est triple. C’est la première fois que les scientifiques européens observent ces infimes oscillations dans leur détecteur, Virgo, installé près de Pise en Italie. Le 14 août, les deux longs bras lumineux de trois kilomètres de l’instrument ont senti le passage d’une telle onde, 14 millisecondes après sa traversée d’un des deux détecteurs de leurs homologues américains, Ligo, à Livingston (Louisiane). Et 6 millisecondes après la même secousse enregistrée sur le second détecteur Ligo à Hanford (Etat de Washington).

L’origine de ces secousses sans gravité est, comme les trois fois précédentes, la fusion de deux trous noirs massifs (respectivement 30 fois et 25 fois plus lourds que le Soleil) qui spiralent l’un autour de l’autre avant de ne faire plus qu’un.

Dans le mariage, une énergie correspondant à la disparition de la masse de presque trois soleils s’est dissipée, agitant l’espace-temps comme un galet faisant onduler la surface d’un lac. Tout ceci à environ 1,8 milliard d’années-lumière de la Terre. [...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire