RECHERCHER DANS CE BLOG

jeudi 18 avril 2019

L’humilité mère des vertus maçonniques ? par Jean François | LA FRANC MAÇONNERIE AU CŒUR 12 Août 2017 Planche

La tradition chrétienne classe les vertus en cardinales et théologales, l’humilité ne trouve pas sa place dans ce classement, le Franc-Maçon s’est fixé le but de fuir le vice et pratiquer la vertu, toutes les vertus.

Cette ambition est à la frontière de l’orgueil, il affirme aussi n’accepter les tâches qu’il est capable de réaliser. L’humilité est donc au cœur de l’initiation maçonnique, et peut-on séparer les vertus ?

L’initiation est un commencement il faut donc faire preuve d’humilité, l’enfant, l’apprenti Franc-Maçon ne sait ni lire, ni écrire, il apprendra sur les lèvres de sa mère, de sa loge mère ; dans le silence, sous la pâleur de la lune. Il épèlera, lettre après lettre. L’apprenti commence sa démarche intérieure, par la connaissance de son soi comme le dit Saint Augustin : « la vertu d’humilité ne demande rien d’autre que de se connaître en vérité. » c’est le « Connais toi toi-même » attribué à Socrate.

Il faut déjà beaucoup d’humilité au profane qui frappe à la porte du temple au midi de sa vie, pour accepter de laisser ses métaux, pour passer de la matière à l’esprit, nous dirions en langage maçonnique symboliquement de l’Équerre au Compas, accepter de n’être qu’une faible lueur dans l’univers, combattre son ego pour rechercher l’unité, la vérité. Simone Weil disait : « L’humilité est la vertu la plus essentielle dans la recherche de la vérité. » Le mot essentiel nous mène à l’essence et au sens, à la recherche de la substantifique moelle a dit François Rabelais.

Lors de l’une de mes visites récentes aux moines cisterciens de l’abbaye de Timadeuc, ces adeptes de la règle de Saint Bernard, j’ai pu voir la joie sur leurs visages, dans l’humilité ils ont trouvé un véritable sens à leur vie. Saint Bernard leur a transmis son souffle pour passer de l’avoir à l’être, il disait : « comme l’âme s’élève par l’orgueil avant de tomber il faut quelle s’abaisse par l’humilité avant d’être élevée. »

Le maître maçon plus radieux que jamais, même s’il renait doit être vigilant, l’orgueil rôde toujours propre a flatter l’architecte couronné de la gloire de son travail, le temple de pierres, le temple matériel n’est pas la Jérusalem céleste, celui qui n’a pas connu la chute ne connais pas la joie du relèvement.

L’humilité nous permettra de mieux nous connaître, de nous rapprocher de nos frères et ainsi de vivre dans l’amour fraternel.

JF

Note : Ce texte m’a été inspiré par la lecture d’un article de la revue Actualités de la GLNF paru dans la rubrique symbolisme sous le titre « Humilité et Serment de l’initié. L’humilité, mère des vertus ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire