RECHERCHER DANS CE SITE

vendredi 1 juin 2018

« Respecte l’étranger voyageur, aide-le, sa personne est sacrée pour toi » nous apprend le précepte maçonnique

Bruxelles, le ... janvier 2018

Mon T.C.F.,
Ma T.C.S.,

Il n’est pas courant qu’une Loge prenne la plume pour interpeller des mandataires publics en leur qualité de Maçon.

Pourtant, un projet de loi approuvé en Conseil des Ministres et déposé sur les tables du Parlement Fédéral nous semble porter en lui des atteintes suffisamment graves à des libertés constitutionnelles pour que nous prenions la liberté de t’adresser ce courrier.

Ce projet (Doc. 54 2798/001), cosigné par les Ministres Geens, Jambon et Francken, vise une révision de la loi de 1980 sur l’accès au territoire pour y introduire la possibilité de visites domiciliaires destinées à procéder à l’arrestation d’étrangers en séjour irrégulier sur le territoire belge.

« Respecte l’étranger voyageur, aide-le, sa personne est sacrée pour toi » nous apprend le précepte maçonnique. On pourrait gloser sur ce que ce projet porte de criminalisation de l’étranger en situation irrégulière. On pourrait également souligner tout ce qu’il porte d’intimidation, pour ne pas dire de punition, à l’encontre de ceux et celles qui font le choix de tendre la main à leurs frères et sœurs en humanité, de leur offrir le refuge temporaire de leur foyer, en leur ouvrant leurs portes.

Il s’agirait là sans doute de débats qui mériteraient d’être menés, mais ce n’est pas sous cet angle que nous en appelons à toi.

Bien plus fondamentalement, c’est le principe même de la restriction de la protection de l’inviolabilité du domicile qui nous paraît représenter une menace grave pour les droits et libertés individuelles qui nous sont chers et que notre Ordre à contribué à bâtir au travers de nombreux combats démocratiques.

Tu pourras nous opposer que la proposition est garantie par l’intervention d’un magistrat mais le problème n’est pas là. Le problème est que l’on crée un précédent, que l’on entrouvre la porte. Si l’on accepte que des possibilités d’entrer dans un domicile soit autorisées pour les faits proposés ici, on pourra demain se baser sur cette loi pour étendre ce type d’intervention à d’autres faits, relevant du droit administratif par exemple. Nous ne pensons pas être exagérément pessimistes en la matière et il nous paraît important de veiller à ce que certaines limites ne puissent être franchies. Il en va de la protection de notre démocratie et il en va, selon nous, de notre responsabilité de Maçon d’agir aujourd’hui pour la protéger.

Les Francs-Maçons se veulent probes et libres. Comme chacun d’entre nous, tu as été reconnu comme tel par tes Frères et tes Sœurs. Aussi prenons-nous la liberté de t’interpeller aujourd’hui, en hommes et en femmes probes et libres, au sujet de ce texte en particulier. Quelle liberté est-elle encore permise dans un cadre juridique qui ouvre la porte aux violations d’un droit garanti par la Constitution pour des raisons administratives ? Qui pourra encore se dire libre, sans la sécurité de savoir son domicile inviolable ? Que voudra encore dire la probité, si l’État se donne demain la faculté de forcer la porte de tout un chacun, au mépris des libertés individuelles les plus élémentaires ?

C’est pour ces raisons que notre Loge a décidé, à l’unanimité, d’envoyer cette lettre à tous les élus Maçons, quelle que soit leur Obédience et quelle que soit leur appartenance politique.

Par ton engagement maçonnique, tu travailles au progrès de l’humanité. En l’occurrence, ce progrès passe par une défense des principes élémentaires de notre démocratie. Nous espérons que tu auras à cœur de t’opposer à l’adoption de ce texte dangereux et d’y sensibiliser les membres de ta formation politique.

Te souhaitant bonne réception de la présente, nous te prions, mon T.C.F., ma T.C.S., de recevoir l’assurance de nos sentiments aussi fraternels qu’inquiets.

R.L. 1630 Chaos, Droit Humain
Rue Marconi 207 - 1190 Bruxelles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire