Rechercher dans ce blog ? Entrez vos mots-clés !

mardi 28 novembre 2017

Académie royale de Belgique 04-05.12.2017 Colloque: Le pouvoir des intellectuels, le « Pouvoir des sans-pouvoir » (selon Vaclav Havel)

L’un des objectifs des pouvoirs totalitaires au XXe siècle fut de changer l’homme; d’où le rôle central de la propagande et des intellectuels, ces ingénieurs des âmes comme aimait les appeler Joseph V. Staline. Si nombre d’intellectuels succombèrent aux utopies au risque du pire, la plupart, même sans appartenir nécessairement à la catégorie d’ennemi du régime, sans être Juif pour les uns, ou bourgeois pour les autres, manifestèrent assez tôt leur désaccord profond, ontologique. Certains payèrent de leur vie leur opposition au pouvoir; d’autres choisirent l’exil ou encore le silence.

Ce colloque, organisé à l’occasion de l’anniversaire de la Charte 77, a pour objectif de rappeler le rôle des intellectuels dans les sociétés tyranniques mais aussi des dangers de la pensée totalitaire dans les sociétés en crise ou encore en mutation. Quel est le rôle que les intellectuels ont joué dans la lutte contre le totalitarisme? Représentent-ils (toujours) un «Pouvoir des sans-pouvoirs », pour paraphraser Václav Havel ? Quelles leçons peut-on tirer aujourd’hui de la bravoure des uns comme des lâchetés de bien d’autres ?

LUNDI 4 DÉCEMBRE 2017

17h30 Ouverture générale


Interventions de M. Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique, d’un représentant de l’Ambassade tchèque, de Son Excellence M. Karel Kovanda, ancien Ambassadeur de la République tchèque en Belgique.

18h00 Václav Havel, le pouvoir des sans-pouvoir, Jan Rubes (ULB - Sciences Po Paris)


Réception

MARDI 5 DÉCEMBRE 2017

09h30 Présidence de Philippe Degouis (Ancien conseiller WBI)
09h45 Czesław Miłosz et la pensée captive, Konstanty Gebert (Gazeta Wyborcza ; ECPR - Pologne)
10h15 Léon Pinsker et Théodor Herzl : réagir face à l’abîme, Joël Kotek (ULB ; Sciences Po Paris)


Pause café

11h00 Carl Schmitt, un intellectuel au service du nazisme, Johann Chapoutot (Sorbonne Paris IV)
11h30 Ferenc (François) Fejtö,
 de la dissidence à l’engagement, Gusztáv D. Kecskés (Académies des Sciences de Hongrie)
12h00 Ilya Ehrenburg et Vassili Grossman, vies et destins sous Staline, Bernard Joliot (Institut catholique de Lille)


Discussion générale

Pause déjeuner

Présidence de Joël Kotek (ULB)
14h00 L’historien face au roman national, Jan T. Gross (Princeton University)
14h30 La confusion du genre. Les femmes dans Solidarnosc, Agata Araszkiewicz, philosophe et essayiste.
15h00 Albert Camus, homme d’éthique et de sincérité
, Guy Haarscher (ULB)


Pause café

15h45 Le pouvoir et la société civile tchèques face à l’Europe
, Lukáš Macek (Sciences-Po Paris, Campus Dijon)
16h15 De l’actualité de la pensée dissidente à l’ère du djihadisme, Alexandra Laignel-Lavastine (Docteur en philosophie et essayiste)


Conclusions générales

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire