Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

jeudi 12 octobre 2017

Observatoire de la sortie du religieux. Les Prêtres flamands | CRITICA MASONICA

Cela aurait sans doute fait plaisir au grand Jacques. Quant à celles et ceux qui pensaient que la mort annoncée du catholicisme romain, mainte fois déclinée sur ce blog, ne concernait que la France, un article de la Gazet van Antwerpen repris sur le site Belgicatho, le «blog de réinformation proposé par des laïcs catholiques belges », annonce que la situation du clergé est pire en Flandres qu’en France et dans le reste de la Belgique : « D’ici peu, il n’y aura plus que 230 prêtres pour tout le pays flamand » (4 mai 2017).

Dans cette partie septentrionale et néerlandophone du plat pays, on ne trouvera donc bientôt plus que 230 prêtres pour quelque 6,5 millions d’habitants.

Un autre titre flamand, de Standaard, précise que l’on en comptait, il y a vingt ans, pas loin de 5 000. Cette chute proprement vertigineuse - une division par vingt en moins d’une génération - permet d’élargir la géographie d’un phénomène de déshérence toujours aussi peu commenté. Sur l’ensemble de la Belgique (Flandre, Wallonie et région de Bruxelles), on dénombre aujourd’hui un peu moins de 2 000 prêtres. Le ratio par rapport au nombre d’habitants est à peu près le même qu’en France.

Il est donc possible que le premier constat de mort clinique du clergé soit repérable avant dix ans dans le Nord de la Belgique. Cela ira bien au-delà de ce que l’on constate dores et déjà en France comme effets, en particulier l’indisponibilité croissante des curés pour assurer les obsèques religieuses souhaitées par les familles catholiques.

Les belles cathédrales d’Anvers et d’autres belles cités flamandes, (entre les tours de Bruges et Gand), deviendront des musées et, pourquoi pas, Flamands et Hollandais pourront penser à se réunifier sous le règne du post-religieux, sinon de l’athéisme, eux que catholicisme et protestantisme avaient jadis divisés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire