RECHERCHER DANS CE SITE

mardi 4 décembre 2018

Macron: L'Europe est "trop faible, trop lente, trop inefficace" | L' Echo Sep 26, 2017

Emmanuel Macron a proposé que soit mis sur pied un "groupe de la refondation européenne" qui aurait pour but de faire des propositions d'ici à l'été 2018. Lors de son discours sur l'avenir de la construction européenne, le président français a dessiné les contours d'une Europe à plusieurs vitesses.

Ce que l'on retiendra du discours de la Sorbonne

Le président français a livré à la Sorbonne un discours vibrant sur ses ambitions pour l'Union européenne. Dans un contexte de montée des mouvements de replis nationaliste, Emmanuel Macron a souligné que seule l'Europe "peut assurer une souveraineté réelle". Une "page" de la construction européenne a été tournée, considère-t-il: le temps où les décideurs européens pouvaient encore se permettre de gérer sans prendre de risques est révolu, a-t-il plaidé dans une adresse riche de propositions concrètes. "L'Europe avancera d'abord par la détermination de quelques uns", a-t-il indiqué. La détermination de Paris et Berlin au premier chef, appelés à montrer l'exemple : Macron lance un appel à l'intégration "totale" des marchés français et allemand "d'ici 2024".

Deux jours après les élections législatives allemandes, le Français a mis sur la table une question particulièrement sensible, vu de Berlin: la création d'un budget de la zone euro, qu'il verrait alimenté par un impôt européen sur les sociétés. L'idée a avait été refoulée d'emblée comme une "ligne rouge" par le parti libéral allemand FDP, appelé à former une coalition avec Angela Merkel. Emmanuel Macron lui a directement répondu: "Je n'ai pas de ligne rouge, je n'ai que des horizons."

Le président français plaide aussi pour la définition d'une "fourchette" de taux d'impôt sur les sociétés (idée qu'on a déjà entendu au 16, rue de la loi). Mais encore - pêle-mêle - pour mettre en place une taxe carbone aux frontières de l'Union (déjà proposée en son temps par Nicolas Sarkozy), créer une agence européenne pour les innovations de ruptures, intégrer des militaires des autres pays européens dans les armées nationales ; ou encore créer des universités européennes. Emmanuel Macron a laissé le Brexit à la marge de son propos, si ce n'est pour appeler à utiliser les sièges d'eurodéputés britanniques appelés à disparaître comme socle pour une circonscription électorale européenne.

Avec ce discours, Emmanuel Macron fait revivre, comme il le dit "la France qui propose". C'est incontestablement ce qu'on retiendra de ce discours en forme de ligne d'horizon pour l'Union. Reste à voir comment ses ambitions seront reçues par ses pairs. Il s'est adressé directement à eux: "Regardez notre époque, regardez-là en face, et vous verrez que vous n'avez pas le choix."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire