Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

lundi 13 novembre 2017

La guerre comme expérience sensible : les motifs existentialistes du djihad, par Romain Huët, chercheur au CNRS | The Conversation

Ce texte est issu d’une série de séjours ethnographiques de plusieurs mois au sein de brigades de combattants en Syrie (2012, 2014) puis en Irak (2017). 

Ces recherches sont en cours et visent essentiellement à approcher la quotidienneté des combattants pour comprendre leurs trajectoires biographiques, leurs rapports ordinaires au monde, à autrui et à eux-mêmes. Au final, ces recherches tentent de cerner les médiations sociales, historiques et contextuelles qui organisent l’expérience de la guerre. Elles espèrent aboutir à une théorie de la réflexivité et de la subjectivité en temps de guerre, c’est-à-dire à appréhender les rationalités générales des actions, des objectifs, des conduites et des formes de vie des combattants. Ce texte vise moins à restituer les résultats de cette enquête qu’à formuler une nouvelle hypothèse relative à la dimension sensible de la guerre. [...]

«Ah Dieu! que la guerre est jolie»

La guerre comme « expérience existentielle »
Le recours à des mythes pour justifier la mort
Le djihad comme compensation narcissique
La guerre engendre une situation de dépossession du rapport ordinaire au monde
Etre transporté dans un « ailleurs » au cours d’une jouissance individuelle et collective
Un être nouveau
La guerre est « joie » et organisation du vertige
Fulgurances existentielles
Vertige de la destruction

Aucun commentaire:

Publier un commentaire