Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 22 octobre 2017

Lundi 13 et 14 Novembre 2017 : Il y a cent ans la révolution russe | Collège Belgique, palais des Académies, rue Ducale 1, 1000 Bruxelles

Colloque : Il y a cent ans la révolution russe

Coordinateur : Joël Kotek (Université libre de Bruxelles) 
Responsable académique: Hervé Hasquin (Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique) 

Comment ne pas penser, l’année même de son centenaire, à la Révolution d’octobre ? Quelle vision devons-nous retenir de cet événement fondateur du terrible XXe siècle, pour reprendre l’expression d’Albert Camus. Faut-il retenir Octobre comme une révolution ou un coup d’État, comme un exploit ou une catastrophe, un bond en avant ou encore un pas en arrière ? Pourquoi et quand la révolution a-t-elle surgit et quand s’est-elle réellement achevée ?

Il y a encore 25 ans, 1917 était présenté de manière relativement univoque, suivant le paradigme idéologique des chercheurs qui s’y consacraient. À l’aune de la chute de l’URSS, les enjeux sont aujourd’hui bien différents. Qu’elle ait « ébranlé le monde », comme l’écrivit le communiste américain John Reed, ne fait aucun doute, reste à savoir pourquoi après avoir été un immense espoir pour « tous les damnés de la terre », elle vira assez tôt au cauchemar. L’histoire immédiate, celle des révolutions arabes, nous enseigne que l’aspiration des peuples au changement peut, malgré un idéal de liberté, enfanter de monstres. La Révolution russe portait-elle en elle les germes du totalitarisme ?

>>> http://www.academieroyale.be/academie/documents/Colloque_Revolutionrusse_Flyer26689.pdf

Aucun commentaire:

Publier un commentaire