Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 17 mai 2020

∆∆∆ L’esprit américain selon Régis Debray 04.05.2017



A la question d’une éventuelle américanisation de l’Europe, le philosophe Régis Debray répond par l’affirmative et appelle à repenser ce qui fait « civilisation »...

Règis Debray 
Après «Allons aux faits. Croyances historiques, réalités religieuses», paru à la rentrée chez Gallimard et aux éditions Radiofrance, recueil de conférences animés sur France Culture, précédé de La laïcité au quotidien avec le préfet Didier Leschi, et de la fantasque Madame H comme Histoire.

En épigraphe de son nouvel essai, ces mots d’un poète qu’il chérit, Paul Valéry : « Je me demande si tout ceci - l’Europe - ne finira pas par une démence ou un ramollissement général. « Au quatrième top - il sera exactement… la fin d’un Monde. » Nous sommes en 1939.

En pleine campagne présidentielle, il publie aujourd’hui : «Civilisation : Comment nous sommes devenus américains», chez Gallimard. A l’affirmative... Le philosophe entérine l’absence chez nos dirigeants de cette conscience historique qui fait «humanité», raconte comment l’Europe est devenue un canton de l’Amérique, illustre les transferts d’hégémonie et s’excuse de son abus d’anglicisme. Parler la langue de l’ennemi pour mieux le combattre ou lui résister, oui mais comment ? Habit de deuil déconseillé, Régis Debray appelle à rester lucide et optimiste: les «décadences» peuvent être aimables, fécondes voir même indispensables. Plaidoyer pour une transmission repensée.

"Nous avons une civilisation fondée sur le temps et non sur l'espace : à l'inverse de l'Amérique, fondée sur l'espace."

"Il n'y a pas de coïncidence entre la force économique d'un pays & sa forme d'irradiation."

"Le drame de l'Europe tient à son caractère conceptuel et abstrait, son administration n'est pas charnelle et freine l'imagination."

"Les USA illustrent la combinaison d'un pouvoir absorbant et d'un pouvoir émissif, ce qui fait cette civilisation."

"La solution serait faire de la France un creuset, qui accueille mais qui fonde une unité en multiplicité."

Régis Debray, La Grande Table

Aucun commentaire:

Publier un commentaire