« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. »

Henri Poincaré

dimanche 5 novembre 2017

Qui sont les ennemis d’une société ouverte ? Bergson et la pensée post-coloniale



A quelles conditions peut-on tenir une valeur pour universelle, sans s’engager dans l’imposition colonialiste d’une pensée occidentale ? Comment Bergson, philosophe français des XIXème et XXème siècles, peut-il aujourd'hui être relu dans le sens de l’émancipation des anciennes colonies ? Quelle différence entre une société close, qui se prend pour le centre de l’histoire, et une politique ouverte, qui s’attache à l’humanité entière ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire