Art. 1: « Le Grand Orient de Belgique, obédience masculine, maillon de la franc-maçonnerie universelle, demande à celui qui se présente à l’Initiation d’être honnête homme et d’être capable de comprendre et de propager les principes maçonniques. Il exige de ses membres, la sincérité des convictions, le désir de s’instruire et le dévouement. Il forme une société d’hommes probes et libres qui, liés par des sentiments de liberté, d’égalité et de fraternité, travaillent individuellement et en commun au progrès social, et exercent ainsi la bienveillance dans le sens le plus étendu ».
« La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être. » Henri Poincaré

Saisir des mots clefs à rechercher

dimanche 5 novembre 2017

Qui sont les ennemis d’une société ouverte ? Bergson et la pensée post-coloniale



A quelles conditions peut-on tenir une valeur pour universelle, sans s’engager dans l’imposition colonialiste d’une pensée occidentale ? Comment Bergson, philosophe français des XIXème et XXème siècles, peut-il aujourd'hui être relu dans le sens de l’émancipation des anciennes colonies ? Quelle différence entre une société close, qui se prend pour le centre de l’histoire, et une politique ouverte, qui s’attache à l’humanité entière ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire