Depuis sa création en 1833, le Grand Orient de Belgique défend la franc-maçonnerie dans sa dimension « adogmatique et progressiste ». Elle ne peut donc être assimilée à une église ou tout autre structure proposant une pensée unique. Elle n’est pas plus un parti politique ou une organisation syndicale. Bien qu’ancrée dans le monde réel, elle n’est pas pour autant un centre laïque. Elle est fondamentalement attachée à la liberté d’opinion, la liberté de conscience et réfractaire à toute instrumentalisation ou contraintes extérieures.

Saisir des mots clefs à rechercher

vendredi 7 mai 2021

Tom Waits - Green Grass

Une promesse d’ascension sociale ' Cliquer sur l'image ) | France culture 04/05/2021

À retrouver dans l'émission ENTENDEZ-VOUS L'ÉCO ? par Tiphaine de Rocquigny

TOUS LES ÉPISODES


>>> Premier emploi : une marche de plus en plus haute

De nombreux sociologues s’accordent à dire que le premier emploi a une incidence significative sur la trajectoire d’un entrant sur le marché du travail....


>>> L'histoire d'un ascenseur tombé en panne

La France a connu, pendant les Trente Glorieuses, une mobilité sociale forte et très ascendante. Les trajectoires descendantes restent moins nombreuses...


>>> Elites : la reproduction perpétuelle

Si la crise a globalement appauvri la société française, certains perdent beaucoup plus que d’autres. La méritocratie républicaine est aujourd’hui en panne,..

jeudi 6 mai 2021

Abba - Waterloo | ABBA 23 févr. 2010

Whitehall has ignored devolution. It does so at its own peril, by Philip Rycroft | Prospect April 16, 2021

London must prove to Scotland, Wales and Northern Ireland that it takes their legislatures seriously - or face a break up !

What is it about Whitehall and devolution? Substantial legislative powers have been devolved to Scotland and Wales for over 20 years. Devolution in Northern Ireland has a longer - and not always happy - history, but the modern variant also dates from the late 1990s. Surely time enough for Whitehall to adapt its own ways of working and to be at ease with the handling of the dispersal of power to the devolved parts of the United Kingdom?

Evidently not. A paper published this week by the Constitution Society and the Bennett Institute for Public Policy (which I co-authored with Michael Kenny and Jack Sheldon) paints a less than flattering picture. Whitehall, it concludes, has been un-strategic in its handling of devolution and complacent in its dealings with devolved governments. Devolution has not been well-understood, and it has rarely been accorded the attention it merits at a time when the territorial integrity of the United Kingdom is more challenged than it has ever been in over a century.

The blunt truth is that management of its own territory has never been high up Whitehall’s priority list. For most of the 20th century, much of the day-to-day business of the administration of government was in the hands of local elites in Scotland and Wales, transferring to the territorial departments of state, the Scotland Office and Wales Office, as the state grew in size and complexity. Whitehall paid little attention to the devolved government of Northern Ireland until it was compelled to do so by the civil rights protests of the late 1960s, after which it was drawn into a protracted period of troubled direct rule. But even then, the painful struggle to govern Northern Ireland was a specialist affair, not the concern of the generality of Whitehall departments.

Prior to devolution, then, there was no tradition across most Whitehall departments of close engagement in the territorial politics of the United Kingdom. Devolution in the late 1990s granted the parliament in Scotland and assemblies in Wales and Northern Ireland democratic oversight of the administrative affairs previously vested in the territorial departments of state. But it didn’t require Whitehall to adjust very much. The staff of the territorial departments were mostly absorbed into the new devolved institutions. The responsibilities of Whitehall departments barely changed at all, and the rhythm of life for most civil servants went on pretty much uninterrupted.

The accusation is now often flung about that Whitehall was content to “devolve and forget.” In practice, there was little to forget because there had not been much to remember. And there were precious few incentives to embark on a new course, once the devolution settlements were in place. In most policy areas, there was a clear demarcation line between what the devolved governments ran, and what departments in London were responsible for. Whitehall had never troubled itself much with education or health policy in Scotland, Wales and Northern Ireland and had no reason to do so after devolution. Where the boundary was more jagged, Whitehall might have been required to consult about policy changes that would impact on the devolved parts of the UK, but such consultation was usually a hoop to be got through rather than determining policy outcomes.

In the hierarchy of interests in Whitehall, handling the complexities of devolved power simply comes low down on the list of things that matter. Most civil servants’ and ministers’ primary loyalty is to the department they work in. Committing resource and time to getting to grips with devolved politics has rarely been the route to accolade. At times someone has had to deal with the nuisances of the interface with the devolved world, but this could mostly be handled at the margins of departmental life - and the bigger picture about the cohesion of the United Kingdom left to somebody else to worry about.

This is not to decry the efforts of many fine civil servants, at the centre, in the territorial offices and in departments, who have worked hard over the years to turn this around. The UK Governance Group in 2015 was created in the aftermath of the Scottish independence referendum, after the prime minister and Cabinet secretary recognised that more needed to be done to improve Whitehall’s grip on devolution and wider constitutional issues. Much work was put in train, including the creation of departmental devolution plans. But Whitehall departments are sometimes better at producing plans than delivering them; nicely drafted aspirations are no match for years of inherited disinterest.

Given time, Whitehall might have grudgingly come to accept that it needed to adapt to the reality of dispersed power across the UK. But Brexit has stolen the luxury of time. The existential question is back: in Scotland certainly, in a different form in Northern Ireland, and as Wales stirs restlessly. If Whitehall is to be part of the solution and not contribute further to the problem, it needs to act now, and fast.

What is to be done? In the very short term, permanent secretaries need to be directly answerable for the contribution their departments make to strengthening the sinews of the Union. Those departmental plans need to be made real, with every department demonstrating unequivocally how their actions respect the interests of the devolved parts of the UK. No policy should be allowed out of the door without being systematically vetted for the impact it will have on the Union. The bar should be set high; every policy that affects the whole of the UK should be demonstrably in the interests of every part of the UK.

The incentive structures need to be changed in other ways too. This will take more time, but there is no reason not to get moving on it now. No civil servant should aspire to promotion to, or within, the ranks of the senior civil service without having tangible experience of the world outside of Whitehall, working with or in the devolved governments, local government, the wider public sector or business. Mandating that broader experience is the only way to fix Whitehall myopia.

That, together with an invigorated learning programme to deal with the widespread ignorance about how their own country functions, could have a salutary effect. But the civil service can only do so much under its own steam. It will follow the lead of politicians; the tone is set from the top. That is perhaps the biggest short-term challenge of all: a >>> coterie round the Cabinet table who have come to power on the back of the crude assertion of Westminster parliamentary sovereignty. It is not easy from that rampart to accept that there are other democratic powers in the land with a claim to a share of that sovereignty. But accepting that reality is the only way to show the people of Scotland, Wales and Northern Ireland that their interests are truly respected in the highest counsels of the state. Will the government in London recognise that it needs to change its approach? Which way that political wind blows will determine many futures.

We want to hear what you think about this article. Submit a letter to letters@prospect-magazine.co.uk

Philip Rycroft

Philip Rycroft was head of the Brexit department 2017-2019

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ Le Souper ( Film entier ) | Karolus Magnus 20 oct. 2019


Savoureux dialogues entre deux " pontifes " de la Révolution, l'assassin Fouché et le perfide Talleyrand.

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ La méritocratie en procès ( Cliquer sur l'image ) | France culture 16/11/2020

Dans cette série de chroniques, Brice Couturier propose un compte-rendu des critiques qui se sont mises à pleuvoir sur la méritocratie outre-Atlantique d'abord, puis en Europe. 

Un certain nombre d’essais mettant en cause la méritocratie sont parus, en anglais, ces derniers temps. 

Si ces critiques convergent, leurs angles d’attaque sont parfois très différents. C’est pourquoi on peut parler de tirs croisés. 

À retrouver dans l'émission LE TOUR DU MONDE DES IDÉES par Brice Couturier

TOUS LES ÉPISODES


>>> American dream. L'un des plus vieux mythes fondateurs américains a-t-il failli ?

Comme le cinéma américain ne cesse de nous le répéter, "l'American dream" a du plomb dans l’aile. Que les individus les plus méritants, repérés sur la...


>>> Renouvellement des élites : la pensée visionnaire de Michael Young

L'inventeur du terme "méritocratie" était Michael Young. Ce grand sociologue britannique, intellectuel organique du parti travailliste, avait pressenti...


>>> Quand la sélection par le diplôme favorise la reproduction sociale

Les concepteurs du principe de sélection d'une classe dirigeante sur la base de diplômes universitaires pensaient favoriser ainsi la mobilité sociale,...


>>> David Goodhart, plaidoyer contre des élites "cognitives" et "monolithiques"

En formant leurs élites au seul moyen de cursus universitaires généralistes, nos sociétés n'ont-elles pas engendré une hégémonie de "la Tête" au détriment...

Michael Sandel et les perdants de la méritocratie ( Cliquer sur l'image ) | France culture 05/05/2021

À retrouver dans l'émission LA GRANDE TABLE IDÉES par Olivia Gesbert

Riches, diplômés, perdants du système, nous mériterions notre sort...Telle est "La tyrannie du mérite" (Albin Michel, 2021) que dénonce Michael J.Sandel, professeur en philosophie politique à Harvard.

Une cérémonie de remise de diplômes

Michael J. Sandel est professeur de philosophie politique à Harvard University Law School et membre de l’American Academy of Arts and Sciences. Il est notamment connu pour son best seller Justice, dans lequel il développe une critique du libéralisme. Il anime sur la BBC une série de débats, « The Global Philosopher », qui abordent, avec des participants issus de pays différents, des questions éthiques soulevées par l'actualité.

"Ce contre quoi je m'élève, c'est une notion enflée de ce que nous méritons. Lorsque nous réussissons grâce à l'exercice de nos talents, nous devons nous souvenir que ces talents sont des dons, nous avons une dette. (Michael J." Sandel

Paraît La Tyrannie du mérite (Albin Michel, 2021), une traduction par Astrid von Busekist de son livre The Tyranny of Merit: What's Become of the Common Good ? (Allen Lane, 2020). Selon son auteur, l’idéal méritocratique suggère que chacun joue d’égal à égal, et que chacun est donc responsable de sa réussite et de son échec.

"Le projet politique de donner à tout le monde des chances égales ignore que les premiers échelons sont très éloignés les uns les autres. C'est très démoralisant pour ceux qui perdent la course." Michael J. Sandel

"C'est l'âge de la méritocratie qui a fait de l'éducation supérieure l'arbitre de l’opportunité." Michael J. Sandel

A travers l'exemple des études supérieures, l'auteur montre que, en légitimant les inégalités, cette notion de mérite alimente l'hybris des gagnants de la globalisation et le ressentiment des populations invisibilisées contre les élites. C'est ce qui explique en partie le populisme qui en 2016 a mené au Brexit et à la victoire de Donald Trump. Et, à l'heure où Emmanuel Macron a annoncé vouloir supprimer l'ENA et les grands corps, ce livre vaut aussi pour l'Europe.

"C'est une folie de créer une économie qui dit que la condition nécessaire pour avoir un travail digne et une vie décente soit un diplôme universitaire que la plupart des gens n'ont pas." Michael J. Sandel

Merci à Michel Zlotowski pour sa traduction.

Extraits sonores :

  • Theresa May, « Britain, the Great Meritocracy : Prime Minister’s Speech », 9 septembre 2016
  • Les bonnes conditions (Julie Gavras, 2018)
BIBLIOGRAPHIE

"La Tyrannie du mérite" (Albin Michel, 2021)

Michael Sandel

INTERVENANTS

Michael Sandel, Philosophe politique américain, professeur à Harvard University

L'ÉQUIPE

  • Production : Olivia Gesbert
  • Réalisation : Thomas Beau
  • Avec la collaboration de Jean Bulot, Laura Dutech-Perez, Oriane Delacroix, Henri Le Blanc, Caty Reneaux, Valentine Alloing

Henri Guillemin : Napoléon | Histoire Intégral 24 août 2020


Un magnifique conteur. Dommage qu'il prenne parti et montre du mépris pour certains personnages, il n'est pas totalement objectif. Mais quel conteur !





mercredi 5 mai 2021

Bicentenaire de Napoléon : un héritage controversé | FRANCE 24 3 mai 2021


Cette semaine, nous vous retrouvons aux Invalides à Paris où repose Napoléon Bonaparte. L'année 2021 marque le bicentenaire de sa mort, et les commémorations en France font débat : si le rôle majeur de Napoléon Bonaparte dans l’Histoire de France est incontestable, faut-il pour autant célébrer celui qui a notamment rétabli l’esclavage ? 

Deux siècles après sa disparition, l'empereur passionne donc autant qu’il divise. Nous avons décidé de donner la parole à deux historiens pour en débattre. Nous verrons également comment la question est perçue à l'étranger.

Napoléon : l’Angleterre coupée du monde - 28 minutes - ARTE | 28 minutes - ARTE 1 févr. 2017


À Londres, les parlementaires ont commencé à débattre sur la sortie de l’Union Européenne et le vote sur le Brexit aura lieu la semaine prochaine. Xavier Mauduit en profite pour revenir à une époque où le Royaume-Uni était déjà à l’écart de toute l’Europe !

Restons prudents car il n'y a pas encore d'immunité collective ! ( Cliquer sur l'image ) | Libre d'en rire 5 mai 2021

>>> Immunité collective, confinement et COVID-19

On désigne par « immunité collective » (ou « immunité de la population ») la protection indirecte contre une maladie infectieuse qui s’obtient lorsqu’une population est immunisée soit par la vaccination soit par une infection antérieure. L’OMS prône la recherche d’une immunité collective par la vaccination et non en permettant à une maladie de se propager au sein d’une couche de la population, car cela entraînerait des cas et des décès inutiles. 

L’immunité collective contre la COVID-19 devrait être obtenue en assurant une protection par la vaccination et non en exposant les gens à l’agent pathogène responsable de la maladie. Pour plus de précisions, lisez l’ allocution du Directeur général lors du point presse du 12 octobre. 

Les vaccins entraînent notre système immunitaire à produire des protéines qui combattent la maladie (les anticorps), comme lorsque nous sommes exposés à une maladie, mais — ce qui est fondamental — les vaccins agissent sans nous rendre malades. Les personnes vaccinées sont protégées contre la maladie en question et ne peuvent pas transmettre le pathogène, ce qui brise les chaînes de transmission. Pour plus de précisions, consultez notre page Web sur la COVID-19 et les vaccins. 

Pour aboutir en toute sécurité à une immunité collective, une part importante d’une population doit être vaccinée, ce qui réduit la quantité globale de virus capable de se propager dans l’ensemble de la population. La recherche de l’immunité collective vise notamment à préserver et à protéger de la maladie les groupes vulnérables qui ne peuvent pas se faire vacciner (par exemple en raison de problèmes de santé comme des réactions allergiques au vaccin). Lisez nos questions-réponses sur les vaccins et la vaccination pour plus d’informations. 

Le pourcentage de personnes qui doivent être immunisées pour parvenir à l’immunité collective dépend de chaque maladie. Par exemple, l’immunité collective contre la rougeole est obtenue quand environ 95 % d’une ‎population est vaccinée. Les 5 % restants sont protégés du fait que la rougeole ne se propagera pas ‎parmi les personnes vaccinées. Pour la poliomyélite, le seuil est d’environ 80 %. On ne sait pas quelle est la proportion de la population qui doit être vaccinée contre la COVID-19 pour commencer à induire une immunité collective. Il s’agit d’un domaine de recherche important qui aboutira probablement à des conclusions différentes en fonctions des groupes, du vaccin, des populations prioritaires pour la vaccination et d’autres facteurs.  

Parvenir à l’immunité collective grâce à des vaccins efficaces et sans danger permet de rendre la maladie plus rare et de sauver des vies. 

Pour en savoir plus sur les fondements scientifiques de l’immunité collective, vous pouvez visionner ou lire l’entretien de la Dre Soumya Swaminathan, Scientifique en chef de l’OMS (en anglais).

Quelle est la position de l’OMS sur les mesures de confinement pour lutter contre la COVID-19 ?

Les mesures de distanciation physique et les restrictions à la liberté de circulation à grande échelle, souvent appelées « confinement », peuvent ralentir la transmission de la COVID-19 en limitant les contacts entre les personnes.

Cependant, ces mesures peuvent avoir des conséquences délétères graves sur les individus, les communautés et les sociétés, car elles entraînent un arrêt quasi-total de la vie sociale et économique. Ces mesures affectent de manière disproportionnée les groupes défavorisés, notamment les personnes en situation de pauvreté, les migrants, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et les réfugiés, qui vivent le plus souvent dans des endroits surpeuplés et pauvres en ressources, et dont la subsistance dépend du travail quotidien.

L’OMS comprend bien que certains pays en sont parfois arrivés à un stade où ils n’ont d’autre choix ‎que de décréter des confinements et d’autres mesures, pour gagner du temps.

Les pays doivent utiliser ce temps pour renforcer leurs capacités à détecter, isoler, tester et prendre en charge tous les cas, à localiser et mettre en quarantaine tous les contacts, à mobiliser, responsabiliser et permettre aux populations de piloter la réponse de la société, etc.

L’OMS a bon espoir que les pays appliqueront des interventions ciblées là où cela sera nécessaire ‎et le moment voulu, en se fondant sur la situation locale.

Planches Mensuelles & la liste des Loges de mai 2021 ( Cliquer sur l'image ) | GOB


Le secrétariat du GOB : Planches Mensuelles du GOB de mai 2021 ainsi que la liste des Loges se trouvent dans Labor Unitas, dans la rubrique ''Documents''.

Les mystères de la "Vierge Voilée" de Giovanni Strazza | France Culture 17 avr. 2021


C'est une sculpture unique, qui suscite un engouement inégalé. La "Vierge Voilée" de Giovanni Strazza est un chef-d'œuvre de marbre dont nous allons vous dévoiler les secrets...

Jean de La Fontaine, une vie qui éclaire l'oeuvre ( Cliquer sur l'image ) | France culture 23/03/2020

À retrouver dans l'émission TOUTE UNE VIE

Depuis l’enfance, il est notre ami. Et les animaux de ses Fables, notre famille. Agneau, corbeau, loup, mouche, grenouille, lion… ne nous ont jamais quittés. Mais que savons-nous de Jean de La Fontaine, sans doute le plus grand poète de la langue française ?

Jean de La Fontaine

Loin d'être un sermonneur, La Fontaine est un fabuliste qui fait réfléchir sur les méandres de la nature humaine, qu'il ne cesse de questionner.  Et si le pouvoir des fables, c'était justement de produire une liberté de pensée heureuse ? Redécouvrez le parcours et l'oeuvre de l'auteur des fables les plus célèbres de la littérature française, dans cet épisode d'"Une vie, une oeuvre" consacré à Jean de la Fontaine.

Château de Vaux-le-Vicomte,
appartenant à Nicolas Fouquet

Le 5 septembre 1661, Nicolas Fouquet, surintendant des Finances de Louis XIV, est arrêté. Il est accusé de prévarication et, au terme de trois années de procès, emprisonné à vie. La chute de Fouquet est un coup de tonnerre et le coup d’envoi d’une révolution monarchique, car Louis XIV affirme ainsi sa toute-puissance. Mazarin est mort au printemps, le roi entend désormais régner seul. 

Pour La Fontaine, cette arrestation est un choc. Le poète, déjà âgé de quarante ans, eût été poète royal si Fouquet avait continué sur sa lancée. Pourtant, il va lui rester fidèle.

« Diversité, c’est ma devise  » écrit La Fontaine, qui fréquente en même temps les jésuites, Port-Royal et les libertins érudits. 

"Le Renard et la cigogne",
illustration de Gustave Doré

Nous verrons dans ce portrait comment la chute de Fouquet, conjuguée à la sensibilité littéraire et psychologique de La Fontaine, pousse ce poète esthétiquement vers la souplesse, la vélocité, les nuances, la légèreté, la gaîté : des valeurs qui le séparent du rationalisme et de la rigueur de l’absolutisme. La Fontaine joue à cache-cache avec le goût et la politique de son temps.

Un documentaire de Virginie Bloch-Lainé. Réalisation Gilles Davidas. Prises de son : Patrice Klein, Laurent Lucas et Benjamin Chauvin. Mixage Benjamin Vignal. Documentation et recherche internet Annelise Signoret. Collaboration Juliette Dronne.

"Les Animaux malades de la peste"
, gravure de Granville

Pour aller plus loin

Une >>> biographie sur adlitteram.free.fr, site consacré au monde des livres, de la bibliophilie et de l'histoire de l'art

>>> http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/jean-de-la-fontaine

La page de La Fontaine sur le site de l'Académie française. Jean de La Fontaine a été élu en 1684 à l’Académie française, au fauteuil n°24.

Les douze livres des >>> Fables, en ligne

Marlène Lebrun, >>> Regards actuels sur les Fables de La Fontaine, Presses universitaires du Septentrion, 2000. En ligne

Jacques Serieys, >>> "Jean de La Fontaine, poète engagé et libre, poète du peuple", Midi insoumis, populaire et citoyen _(_site de la France insoumise - Midi-Pyrénées), 22/03/2020

Hafida Bencherif, >>> "Figures du Monarque et imaginaire tyrannique chez La Fontaine", mémoire de Master of arts, University of Western Ontario, 2016

Sophie Rollin, >>> "Le jeu de la séduction dans les Contes de La Fontaine"Littératures classiques, n°69, 2009

Les >>> pièces de La Fontaine. En ligne

Louis Moland, >>> Introduction aux œuvres de La Fontaine,1875 

Le >>> site de Patrick Dandrey, président de la Société des Amis de Jean de La Fontaine.

>>> La Fontaine, au vif du présent

>>> Jean de La Fontaine (1/4) : Le paradis perdu de Jean de La Fontaine

>>> La Fontaine et l'ombre des plaisirs

INTERVENANTS

  • Patrick Dandrey, professeur émérite à la Sorbonne
  • Marc Escola, professeur de littérature à l’université de Lausanne
  • Dominique Noguez, Ecrivain français (1942-2019)
  • Boris Donné, maître de conférences à l’université d’Avignon
  • Jean de Guardia, maître de conférences à Paris-Est-Créteil
  • Frédéric Boyer, écrivain, traducteur et éditeur

mardi 4 mai 2021

“Ouf”, Napoléon est mort : Deux-cents ans après, que reste-t-il de l’épisode impérial ? ( Cliquer sur l'image ) | France culture 03/05/2021

"Quand je ne serai plus là tout le monde dira : Ouf !" déclare Napoléon pendant son exil à Sainte-Hélène. Pourtant, loin d’avoir disparu avec sa mort, le mythe Bonaparte se prolonge encore aujourd'hui. 

À retrouver dans l'émission LE COURS DE L'HISTOIRE par Xavier Mauduit

TOUS LES ÉPISODES


>>> Le bonapartisme, passion inavouée de la République

Le bonapartisme est une famille de pensée politique qui s’inspire de la doctrine napoléonienne. Cette tentative historique de transmettre l’héritage de...


>>> Sans contrefaçon, je suis Napoléon

Dès 1815, la figure charismatique de Napoléon Ier est utilisée par des escrocs ou des illuminés qui usurpent son identité. L’Empereur intrigue et fascine,..


>>> Que sont devenus les débris de la Grande Armée ?

Que sont devenus les soldats de Napoléon une fois l’Empereur renversé ? Ils ont vécu la violence des guerres de l'Empire, mais aussi d'extraordinaires...


>>> Et sans Napoléon, quelle Europe ?

Quelles traces politiques, économiques, culturelles, reste-t-il de l'épopée napoléonienne en Europe ? Quelles conséquences a pu avoir l’épisode impérial...

Comment Napoléon a conquis (et perdu) l’Europe | Le Monde 2 mai 2021


La performance militaire de Napoléon Bonaparte est impressionnante : 77 batailles remportées sur un total de 86. Grâce à ces réussites, il a conquis une vaste partie de l’Europe : en à peine une décennie, son empire a multiplié par trois les dimensions du territoire français, s’étendant de l’Espagne aux frontières des la Russie.

Pour en arriver là, l’empereur Napoléon s’est appuyé sur les performances de sa « Grande Armée », mais pas uniquement. Face à la masse de ses adversaires, le nombre ne suffisait pas. Ses succès reposent en réalité sur tout un système stratégique, politique, économique et autoritaire tourné vers les conquêtes. Quelle est l’origine de ces succès ? Et comment un seul homme a-t-il pu décider du sort de l’Europe en une quinzaine d’années ? A l'occasion du bicentenaire de sa mort, le 5 mai 2021, on vous raconte les coulisses de son empire, d'Austerlitz à Waterloo en passant par Ulm et Wagram.

Scottish independence: could Britain break up? | The Economist 18 avr. 2021


The union between the nations of the United Kingdom is looking increasingly fragile, thanks to Brexit. If Scotland were to break away from Britain it would face an uncertain future—as would the rest of the union.

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ L’Europe, une union incertaine ? ( Cliquer sur l'image - France culture 16/01/2020

À retrouver dans l'émission LA GRANDE TABLE IDÉES par Olivia Gesbert

Après l’"enfer", l’"Age global" : l’historien britannique Ian Kershaw publie le deuxième volet de son siècle européen au Seuil, "L’Age global : l’Europe, de 1950 à nos jours", une histoire du temps présent de l’Europe.

Concept : crises de l'Union européenne

L’historien britannique >>> Ian Kershaw clôture le deuxième volume de son diptyque sur l’histoire de l’Europe au XXe siècle : L’Age global : l’Europe, de 1950 à nos jours est paru au Seuil ce 9 janvier à la suite d’un premier volume, L’Europe en enfer, 1914-1950 (Seuil, 2016). Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Sheffield, Ian Kershaw est historien du nazisme, et l’auteur, notamment, d’une biographie d’Adolf Hitler.

Se voulant l’aboutissement de l’articulation d’idées préconçues confrontées aux faits par le travail de recherche, son dernier ouvrage est né à la suite de plusieurs questions de l’auteur, dont la première est issue d’une démarche personnelle d’interrogation sur les événements contemporains : "Comment en sommes-nous arrivés là ?", soit le besoin, dit-il,  d’effectuer une étude panoramique du continent européen pour comprendre d’où viennent nos problèmes actuels.

"Au départ, l’Europe s’est définie par elle-même, mais elle se définit désormais fortement en réaction aux menaces qui viennent de l’extérieur." Ian Kershaw

S’intéressant ainsi aux années 1950, Ian Kershaw se demande ce que les deux guerres mondiales ont laissé à l’Europe, concluant notamment que l’on vit mieux ensemble, dans la collaboration, que séparément. En outre, il s'adonne à l’histoire d’un "Age Global" de l’Europe : dépassant la lutte entre communisme et capitalisme, il intègre à l’histoire des crises de nombreux autres facteurs. Le titre de l’ouvrage, "L’Age global", entre en résonance avec une autre grande synthèse de l’histoire de l’Europe au XXe siècle, publiée en 1994 par l’historien marxiste Eric Hobsbawm : L’Âge des extrêmes, histoire du court XXe siècle. Un texte qui se concentre de la période s’échelonnant de 1914 à la chute du communisme. 

"D’une certaine manière, le rêve des Pères fondateurs de l’Europe s’est réalisé : la prospérité et l’absence de guerre sur le continent." Ian Kershaw

Pour Ian Kersahw, étant donné que l’on ne peut pas terminer une histoire européenne du XXe siècle, il s’agit d’aller au-delà des années 1990, jusqu’à la période actuelle. Dressant le constat d’une forme d’apaisement, en dépit des conséquences négatives de la mondialisation, il montre que, si la plupart des européens vivent aujourd’hui en paix, dans un état de droit et une relative prospérité, racisme et préjugés divers ont encore la vie dure.

"Je pense que les intérêts britanniques seraient mieux protégés en restant au sein de l’Union, mais le départ du Royaume-Uni fera plus de mal au pays qu’à l’Union européenne." Ian Kershaw

>>> Phèdre, "éros" tragique

Extraits sonores : 

Antigonae, Act I | SymphonieOrchester des Bayerischen Rundfunks 20 juil. 2018


Antigonae, Act I: Pt. 1 · Ferdinand Leitner · Carl Orff · >>> SinfonieOrchester Des Bayerischen Rundfunks · Inge Borkh · Chor des Bayerischen Rundfunks

Ils étaient vingt et cent | Jean Ferrat... DACHAU

“Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers... ” 75e anniversaire de la libération des camps ( Cliquer sur l'image ) | France culture 29/06/2020

Il y a 75 ans, le 27 janvier 1945, les troupes soviétiques arrivaient devant les camps d'extermination d'Auschwitz Birkenau. Cet événement, que l’on nomme aujourd’hui souvent « libération des camps », signe l’évacuation de 7 000 survivants. C’est aussi une prise de conscience mondiale, violente, de la mise en œuvre de l’anéantissement des juifs d’Europe dont les conséquences n’ont pas fini de se révéler.

À retrouver dans l'émission LE COURS DE L'HISTOIRE par Xavier Mauduit

TOUS LES ÉPISODES


>>> Champ contre-champ, les images des camps

75 ans après la libération des camps, restent les images. Mais pas seulement celles prises de l'extérieur, il existe quelques clichés réalisés par ceux...


>>> Etudier et enseigner la Shoah, un défi sans cesse renouvelé

Sur les 3 500 000 juifs que comptait la Pologne en 1939, 90 % furent exterminés. Dès lors, comment se déroula la « libération » des camps nazis en Pologne...


>>> Après les camps, se libérer

En sortant des camps il y a 75 ans, les déportés survivants essaient de reconstruire leurs vies tout en ayant le besoin de témoigner sur ce qu'ils ont...


>>> Ce que le monde doit à l'hiver 1944-1945

Aujourd'hui Xavier Mauduit s'entretient avec Ian Kershaw, historien britannique, biographe d’Hitler et spécialiste de l’Allemagne nazie.

lundi 3 mai 2021

Le pire ennemi de l’Occident, par Jacques Attali 8 avril 2021

On nous rebat les oreilles avec la suprématie à venir de la Chine ; et il y a de bonnes raisons de la croire possible : La Chine affirme partout, par ses dirigeants et ses intellectuels, ses ambitions ; elle sort avant tout le monde de cette pandémie ; son PIB dépassera celui des Etats-Unis bien avant 2030 ; elle dispose déjà en mer de Chine d’une marine de guerre égale à celle des Etats-Unis ; ses réserves de change sont gigantesques et le gouvernement chinois les met au service d’une diplomatie conquérante, voire arrogante.

Pourtant, la Chine a aussi de très grandes faiblesses, économiques, démographiques, sociales, écologiques, démocratiques : sa victoire contre la pandémie, qu’elle a créée, reste incertaine ; le revenu de chaque Chinois n’est que le tiers de celui d’un Européen ou d’un Américain ; et, au rythme actuel, il faudra encore plus d’un demi-siècle avant qu’elle ne rattrape le niveau de vie occidental ; de plus, la Chine va vieillir avant de devenir riche, ce qui lui rendra très difficile de mettre en place la protection sociale nécessaire à ses ainés ; par ailleurs, la croissance dont elle a besoin pour assurer le plein emploi sera de plus en plus contraire aux exigences environnementales de ses citoyens ; enfin, l’économie de marché produit une bourgeoisie, et avec elle la  demande du respect d’une règle de droit, d’une liberté d’expression, d’un droit à l’initiative, et à terme, une demande de démocratie. Le parti communiste chinois le sait très bien et réprime efficacement pour le moment toute tentative en ce sens, ce qui finira par nuire à son efficacité économique. A terme, soit la Chine rejoindra le mode de vie occidental, soit elle s’effondrera ; dans les deux cas, ce sera un triomphe du modèle occidental de développement.

L’Occident, de son côté, reste une très grande puissance, économique, technologique, militaire ; et les récents plans de relance, aux Etats-Unis comme dans les pays européens, donnent le sentiment que ni les uns ni les autres n’ont renoncé à tenir leur rang, pour très longtemps. Avec un peu de retard sur la Chine, certes, leur taux de croissance va repartir très bientôt à des niveaux très élevés. Et la Chine pourrait n’être jamais en situation de dépasser l’Occident.

Pourtant, le discours chinois porte ; en Occident, l’inquiétude rôde ; et elle est fondée : on a vu des géants vaincus par des nains ; on a vu des superpuissances repues, trop sûres d’elles-mêmes, disparaitre. L’histoire est remplie d’exemples de civilisations qui se sont suicidées au sommet de leur puissance.

Et cela peut arriver à l’Occident. Sous les coups d’une superpuissance chinoise ? Je n’y crois pas. D’un Islam conquérant ? Pas d’avantage.

Alors, quoi ? L’Occident peut en fait disparaitre sous les coups de son pire ennemi : lui-même.

Pour une nation comme pour un individu, tout se joue dans la confiance en soi : Trop de confiance et c’est l’aveuglement mortel. Pas assez de confiance et c’est la résignation fatale.  

L’Amérique est menacée de déclin parce qu’elle se croit superpuissante ; l’Europe est menacée de déclin parce qu’elle se pense impuissante.  

Et, dans les deux cas, ils ne voient pas que ce qui les menace, ce sont leurs divisions intérieures, les rivalités entre groupes, le creusement des inégalités, le renfermement de chaque communauté dans des frontières imaginaires, la bunkerisation de cultures juxtaposés ; des haines recuites, des règlements de comptes entre voisins et des vengeances prises sur des générations irresponsables. Plus particulièrement, en Amérique comme en Europe, la redécouverte des crimes du passé participe d’une lente déconstruction des élites dominantes, sans pour autant que n’en apparaisse une nouvelle capable de prendre le relai, autour d’un nouveau projet de société commune à tous.

Ce suicide de l’Occident est en marche : la haine de soi y produira le pire.

Pour l’éviter, il faudrait dans les deux cas, comprendre que la vengeance ne peut vaincre les démons du passé ; il faudrait construire un projet de société qui dépasse ces clivages absurdes, qui fasse comprendre à chacun qu’il a intérêt à revendiquer ses pleins droits aux bénéfices que peut lui apporter une grande nation, plutôt qu’à se refermer dans un entre soi culturel, religieux, social, ou ethnique qui ne peut être que destructeur ; qu’il faut détruire les murs qui séparent et non pas s’enfermer derrière eux.  

C’est le rôle de la politique que de fournir de tels rêves, de tels projets, de telles occasions de s’unir. Saura-t-elle le faire ? Ou participera-t-elle, par démagogie, par soumission aux plus puissants ou aux plus vocaux, au suicide de nations à la source d’une civilisation triomphante ? On le saura très bientôt.

Jacques Attali, Président de A&A et de la Fondation Positive Planet

j@attali.com

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ L’Empire ottoman et la Turquie face à l’Occident, les années 1820-1830 ( Cliquer sur l'image ) | France culture 17/03/2020

À retrouver dans l'émission LES COURS DU COLLÈGE DE FRANCE

TOUS LES ÉPISODES


>>> Reprise et rappels

Que se passe-t-il dans une société extrêmement complexe et variée, comme l’Empire Ottoman au XIXe siècle, face à une Europe conquérante? s'interroge l'historien...


>>> Les défis d'un nouvel ordre et les violentes réformes

Quels sont les défis d’un nouvel ordre, pour l’Empire Ottoman face à une Europe post-révolution française et post Congrès de Vienne? Quelle est la violence...


>>> Les violentes réformes

Qu’est-ce qui se joue avec les violentes réformes étatiques au début du XIXe siècle dans l’Empire ottoman? s'interroge Edhem Eldem. En abolissant la milice...


>>> La plus grande des guerres saintes

Quelle a été l’atmosphère de terreur exercée auprès de la population, quand le corps des janissaires a été aboli en juin 1826? s'interroge Edhem. Que nous...


>>> De la plus grande des guerres saintes et de l’autocratie

Quel sorte d’autocrate moderne pourrait être, le sultan Mahmud II ? s'interroge l'historien Edhem Eldem. Quelles sont les représentations de la violence,...


>>> "Autocratie et résistances" (suite)

Qu’est-ce qui est en jeu pour le sultan Mahmud II, quand il procède à l’abolition des janissaires, corps d'élite de l’armée turque ? Comment ont pu s’exprimer...


>>> "Réformer et reformer l'Etat et la société"

Comment la modernité vient-elle se greffer sur l’espace ancien et traditionnel de l’Empire ottoman, au moment des réformes de Mahmud II (1826-1830)? Comment...


>>> Images, symboles, réformes : vers les bases d’un Etat moderne ?

Quels sont les signes d’une révolution par le haut dans l’Empire ottoman au tournant des années 1830 ? S’interroge l’historien Edhem Eldem. A-t-on affaire...


>>> Les bases d'un Etat moderne ?

Comment moderniser par le haut dans le vieil Empire ottoman ? Le sultan Mahmud II pose-t-il les bases d’un Etat moderne? Que signifie "équité" dans le...

Après le Covid, la Chine encore plus forte ? | C dans l'air 24 déc. 2020


Il y a tout juste un an, en décembre 2019, les premiers cas de malades de la Covid-19 apparaissaient à Wuhan, capitale de la province chinoise du Hubei. C'était les prémices d'une pandémie mondiale qui a provoqué de graves crises sanitaires et économiques à travers le globe. Aujourd'hui pourtant, la Chine semble contrôler le virus pendant que le reste du monde continue d'en subir les conséquences. Selon le magazine Forbes, la Chine serait même en train de connaître une reprise économique exceptionnelle vu le contexte. L'Empire du Milieu enregistrerait une hausse de 2,3% de son Produit Intérieur Brut alors que le PIB mondial baisserait en 2020 de 3,5%.
 
Dans ce contexte, la Chine continue d'avancer ses pions sur la scène internationale, notamment en Europe. Face à Angela Merkel et Ursula von der Leyen, Xi Jinping montre des signes d'ouvertures dans les négociations sur l'accord d'investissement. Après sept ans de pourparlers, celui-ci pourrait être enfin signé. Majeur, cet accord offrirait de nouveaux horizons pour les entreprises européennes en Chine. Pékin ouvrirait la porte dans des secteurs comme les biotechnologies, l'automobile ou encore le secteur hospitalier. En échange, l'Union européenne permettrait aux investisseurs chinois d'entrer dans celui des énergies renouvelables. Un rapprochement que la nouvelle administration américaine voit d'un mauvais œil.
 
Mais la bonne santé économique de la Chine n'occulte en rien ce qui entache l'image du pays depuis des années : la persécution de la population ouïghours. Stérilisations forcées, viols, déportations, emprisonnements, la politique ciblant cette minorité musulmane du nord-ouest du pays ne cesse de scandaliser le monde depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping.
Au moins un million d'individus seraient concernés et les prises de positions s'enchaînent pour dénoncer ce que certains considèrent comme un génocide. Le footballeur Antoine Griezmann, par exemple, vient de rompre son contrat avec le géant téléphonique Huawei, soupçonné d'avoir conçu un logiciel de reconnaissance faciale utilisé pour surveiller ce peuple. L'eurodéputé Raphaël Glucksmann, quant à lui, a dénoncé à Bruxelles la communauté internationale de "consentir par son silence" au "pire crime contre l'humanité du XXIe siècle".
 
Mais c'est sur le plan technologique que la Chine souhaite asseoir sa suprématie. Et le catalogue de ses prouesses ne cesse de s'épaissir : des morceaux de Lune rapportés la semaine dernière par la sonde chinoise Chang'e 5, l'inauguration d'un soleil artificiel par un réacteur nucléaire, la création de l'ordinateur le plus rapide à ce jour. La Chine mise sur ces succès pour rayonner à l'international.
 
Alors, comment s'explique le miracle économique de la Chine ? La répression des Ouïghours peut-elle entraver son rayonnement ? Devons-nous craindre une suprématie technologique de l'empire du Milieu ? Le XXIè siècle sera-t-il chinois ?
  
Invités :
 
- Pascal Boniface, directeur de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)
- Agnès Gaudu, cheffe du service Asie à Courrier International
- Valérie Niquet (par Skype), responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique
- Mary-Françoise Renard (par Skype), professeure d'économie à l'Université Clermont-Auvergne, auteure de Économie de la Chine

Thucydide, Trump et la Chine, par Marie de Vergès | Le Monde 28 novembre 2018

Une puissance dominante, voyant son hégémonie remise en cause par une puissance ascendante, finit bien souvent par lui faire la guerre. Qu’en sera-t-il pour les Etats-Unis face à la Chine ?
Thucydide, homme politique et
historien athénien, né en 465 
avant J.-C.
Convoquer l’Antiquité pour parler du temps présent est généralement le signe que l’heure est grave. Or voilà plusieurs mois que l’intelligentsia américaine s’est entichée de Thucydide, historien grec du IVe siècle avant J.-C. Pour éclairer l’affrontement qui monte entre Pékin et Washington, elle a pris l’habitude de citer l’auteur de La Guerre du Péloponnèse et sa célèbre maxime : « C’est la montée d’Athènes et la peur que cela inspira à Sparte qui rendit la guerre inévitable. »

Deux mille cinq cents ans plus tard, sa réflexion a tant inspiré le politologue Graham Allison qu’il en a tiré un concept : le « piège de Thucydide ». Ou comment une puissance dominante, voyant son hégémonie remise en cause par une puissance ascendante, finit bien souvent par lui faire la guerre. Le professeur émérite à Harvard a étudié seize exemples de passages de relais, au cours des cinq derniers siècles. Dans quatre cas seulement, notamment lorsque les Etats-Unis supplantèrent le Royaume-Uni, les parties prenantes ont su éviter un véritable conflit.

Tensions commerciales grandissantes

Qu’en sera-t-il pour les Etats-Unis face à la Chine ? Dans un contexte de tensions commerciales grandissantes, Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping devraient se rencontrer au sommet du G20, en fin de semaine, à Buenos Aires (Argentine). Une entrevue cruciale qui pourrait déboucher sur à peu près tout et rien, compte tenu du caractère hautement volatil de l’actuel locataire de la Maison Blanche.

Le constat, en revanche, fait effectivement peu de doute. Oui, la Chine s’impose comme la nouvelle puissance économique du siècle. Les Etats-Unis ont d’ailleurs joué leur part dans cette émergence phénoménale. Notamment en apposant leur sceau à l’adhésion du géant asiatique à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) : intronisé membre officiel du club en 2001, l’ex-empire du Milieu a tiré profit de la mondialisation comme aucun autre pays.

Devenu le champion mondial des exportations dès 2010, il a vu son produit intérieur brut (PIB), mesuré en parité de pouvoir d’achat, dépasser celui des Etats-Unis en 2014. La Chine vise désormais la première place dans les technologies. Elle dispose déjà de l’équivalent des GAFA avec ses Alibaba, Tencent et Baidu, investit sans compter dans l’intelligence artificielle et s’est fixé un premier point d’étape sur la route de ses ambitions : le plan « Made in China 2025 » qui cible une dizaine de secteurs prioritaires.

Gengis Khan, l’épopée mongole ( Cliquer sur l'image ) | France culture 30/04/2021

À retrouver dans l'émission LE COURS DE L'HISTOIRE

Figure légendaire de l’immense "empire nomade" des Mongols, Gengis Khan imprègne l’histoire mondiale. Derrière l’image du guerrier sans pitié se cache un génie politique, fondateur d’un système de gouvernement inédit. Quel est l’héritage de l’Empire mongol, notamment pour la Chine contemporaine ?

Gravure de Genghis Khan (1162-1227)

"C’est un souvenir de cinéma, de ces films qu’on voit petit à la télévision sans comprendre vraiment de quoi il s’agit. Le casting est improbable, il y a Omar Sharif jeune, avec un casque de cheveux noirs et bouclés et Françoise Dorleac, toute jeune aussi et d’un blond stupéfiant. Quand ils se rencontrent, Omar Sharif a comme une roue de bois, une sorte de pilori autour du cou, il court un peu dans la steppe avec, mais ce truc le gène, alors elle l’aide à s’en débarrasser et après, il se jette dans un torrent. Mais une chose en amenant une autre, il se bat, il viole Françoise Dorleac et devient Gengis Khan. Ensuite il y a plein de scènes de batailles, des poursuites à cheval, des trahisons, de l’amour, parce qu’évidemment Françoise succombe, mais à la fin ; Omar est blessé pendant un duel et meurt en tenant la main de son grand amour. Bon, je ne suis pas sûre qu’on ait appris quoi que ce soit sur la vie, le parcours et le génie politique de Gengis Khan, mais dans le Cours de l’histoire, c’est sûr on va enfin tout savoir." Perrine Kervran

Combattant sanguinaire à la tête d’une armée de nomades qui détruit tout sur son passage, c’est ainsi qu’est généralement représenté Gengis Khan. Et pourtant, celui qui était appelé Temüjin avant de devenir Gengis Khan “l’empereur océanique”, est aussi un fondateur d’empire, un législateur et un visionnaire politique. Grâce à l’exercice de la diplomatie et de la terreur, Gengis Khan a fédéré et mongolisé les clans nomades des steppes, avant de conquérir l’Eurasie et de dominer ses peuples. Au XIIIe siècle, les conquêtes de Gengis Khan bouleversent la carte du continent qui voit naître un appareil d’Etat mobile : la horde.

Comment expliquer la longévité de l’Empire mongol ? Comment Gengis Khan a-t-il réussi à fédérer les clans nomades de la steppe ? Comment cet empire en mouvement a pu gouverner et administrer une population sédentaire ?

Pour répondre à ces questions, nous recevons Marie Favereau, maîtresse de conférences à l’université Paris-Nanterre, qui vient de publier The Horde. How the Mongols Changed the World (Harvard University Press, avril 2021). Elle est également l’autrice avec Laurent Seigneuret de la bande dessinée Gengis Khan et l’empire Mongol (éditions Petit à petit, 2020) et a participé à l’écriture du dossier du nouveau numéro de l’Histoire sur Gengis Khan. 

"Les guerriers mongols vont mettre en scène leur violence afin de déclencher une panique chez les habitants et obtenir des conditions de reddition avantageuses. En réalité, la violence est principalement ressentie par les élites traditionnelles, mises au ban par l’envahisseur et décapités pendant les conquêtes."

"Gengis Khan vient d’une famille avec un certain statut social. Il développe un régime politique fondé sur l’unification des pouvoirs nomades de la steppe, qui lui permet ensuite de renégocier ses rapports avec tous les pouvoirs environnants avant d’envisager la conquête militaire."

"L’Empire mongol cherche à absorber les organisations et les cultures étrangères. L’ultra hiérarchie sociale de la société mongole laisse une réelle souplesse sociale aux populations conquises."

"Gengis Khan invente une langue écrite et diffuse un alphabet dans l’Empire. Dès lors, l’écrit y tient une place importante avec une certaine monumentalité."

>>> Gengis Khan et l’Empire mongol

Sons diffusés :

  • Extrait - Gengis Khan de Henry Levin (1965).
  • Extrait - Genghis Khan, La légende d’un conquérant de Andrei Borissov (2009).
  • Archive - Ces pays mal connus : La Mongolie - Journal Les Actualités Françaises - ORTF - 20/11/1968.

Lecture - Voyage dans l’empire mongol (1253-1255) de Guillaume de Rubrouck (Payot, 1985), lu par Olivier Martinaud.

INTERVENANTS

Marie Favereau, maîtresse de conférences à l’université Paris-Nanterre

Universalité, mondialité, cosmopolitisme - Chine, Japon, Inde ( Cliquer sur l'image ) | France culture 04/06/2019

À retrouver dans l'émission LES COURS DU COLLÈGE DE FRANCE

TOUS LES ÉPISODES


>>> La centralité chinoise face aux autres 

Comment le monde est-il vu par la centralité chinoise? demande la sinologue, Anne Cheng. Comment les Autres, ceux qui vivent, aux marges de l’Empire du...


>>> Quand l’empereur Ming rêve de Bouddha... les sources et les premières représentations de Bouddha en Chine 

A partir de quand trouve-t-on le nom de Bouddha en Chine et quelles sont les sources qui le citent? Demande la sinologue Anne Cheng. Comment apparaît-il...


>>> A la recherche des premières traces du bouddhisme en Chine 

Qui était Ying, le demi-frère de l’empereur Ming, celui qui rêvait de Bouddha, sous la dynastie des Han? Quelles sont les régions où l’on pourrait trouver,...


>>> Des empires du monde indien à celui des Han, la diffusion du bouddhisme

Comment t s’est diffusé le bouddhisme en Chine ancienne? Quels sont les personnages d’origine étrangères longuement installés en Chine qui ont permis...


>>> Le dire et l’écrire : les différences entre la Chine et l’Inde

Comment à partir de l’Inde s’est diffusé le bouddhisme en Chine ancienne? Quelles sont les différences contrastées entre l’Inde et la Chine dans la transmission...


>>> Le processus complexe des traductions bouddhiques

Qu’est ce qui se joue dans le grand saut des langues indiennes vers la langue chinoise et dans le grand saut de l’oral à l’écrit? Comment les traductions...


>>> La Chine curieuse de l’Inde et décentrée

Quelles sont les difficultés des moines chinois face à la diversités des langues indiennes ? Demande la sinologue Anne Cheng. Comment s’y intéressent-ils...


>>> La Chine face à l'Inde autocentrée

Comment les Chinois sont-ils devenus, à leur corps défendant, au moment où ils se convertissent au bouddhisme, les barbares des Indiens? Demande la sinologue...

samedi 1 mai 2021

∆∆∆ ∆∆∆ ∆∆∆ Sciences et recherche : de l’expertise à la sphère publique | France Culture 28 avr. 2021


Depuis l’apparition du coronavirus, la recherche scientifique a réalisé des avancées spectaculaires en développant des vaccins en quelques mois, mais elle a aussi été le théâtre de disputes entre experts, révélant les allers-retours et les incertitudes propres à la méthode scientifique. Autant d’événements sur-médiatisés qui se sont accompagnés d'une certaine méfiance à l’égard des institutions scientifiques et des experts. Une défiance que l’on peut relativiser à travers les chiffres même si elle se cristallise particulièrement aujourd’hui contre le vaccin Astra Zeneca. 

La crise sanitaire a-t-elle changé les relations entre le peuple et la science ? Comment rétablir la confiance des Français dans les institutions scientifiques, tout en les aidant à développer un esprit critique ? La recherche scientifique peut-elle faire l’objet d’un débat démocratique ? 

Etienne Klein est directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), docteur en philosophie des sciences, auteur de "La physique selon Etienne Klein" et "Idées de génies" (Flammarion, 2021). Producteur de La conversation scientifique.

Bernadette Bensaude-Vincent est professeure émérite de philosophie des sciences et techniques à l’université Paris1 Panthéon-Sorbonne. Auteure de  “L'opinion publique et la science. A chacun son ignorance” (2000, La découverte) et  “Temps-paysage. Pour une écologie des crises" paru en janvier 2021, ed du Pommier.

∆∆∆ ∆∆∆ La grande aventure de la science ( Cliquer sur l'image ) | France culture 09/11/2020

Comment fonctionnent les publications scientifiques et plus largement quels sont les ressorts de la recherche ?

Quelques mois de confinement et voilà tout un chacun transformé en virologue. Les débats entourant la personnalité du Professeur Didier Raoult et l'usage de l'hydroxychloroquine sont devenus idéologiques avec pour paroxysme la rétractation d'un article dans la prestigieuse revue scientifique internationale The Lancet. 

Une série de Lydia Ben Ytzhak, réalisée par Assia Khalid

À retrouver dans l'émission LSD, LA SÉRIE DOCUMENTAIRE par Perrine Kervran

TOUS LES ÉPISODES


>>> Les imaginaires d'une épidémie

Les représentations de la pandémie sont nourries d'un riche imaginaire provenant d'épidémies historiques bien réelles ou nées de récits de science-fiction.


>>> Publish or perish

L'édifice de la recherche scientifique est par définition une œuvre collective.


>>> Sciences et droit à l'erreur

Le principe de la méthode scientifique est de s'approcher de plus en plus de la réalité, en suivant un processus d'essai-erreur.


>>> Entre fraudes et mandarinats

La recherche universitaire, celle qui prend le risque de se tromper, de ne pas être rentable immédiatement, ni utile ni commerciale est celle qui a le...

VÉRIFICATION : Le Covid-19 n’est pas devenu « 50 à 100 fois moins létal » qu’en mars, comme l’affirme le professeur Toussaint, par William Audureau | Le Monde 14 octobre 2020

Le médecin Jean-François Toussaint, spécialiste en
physiologie et épidémiologie du sport, assure que
la mortalité du Covid-19 s’est effondrée.
Le médecin Jean-François Toussaint, spécialiste en physiologie et épidémiologie du sport, a assuré que la maladie était aujourd’hui bien moins mortelle. 

Mais son raisonnement se base sur un calcul très biaisé.

Désormais inoffensif, ou presque, le SARS-CoV-2 ? 

C’est l’hypothèse défendue par le professeur Jean-François Toussaint, un des chefs de file des « rassuristes », ces opposants à des mesures sanitaires qu’ils jugent disproportionnées.

Interrogé sur la deuxième vague de Covid-19 sur Sud Radio, le 12 octobre, il a défendu l’idée selon laquelle l’explosion du nombre de cas positifs serait liée aux cas asymptomatiques, bénins ou guéris, signe que le Covid-19 ne serait, désormais, plus dangereux.

Une de ses affirmations en particulier a attiré l’attention sur les réseaux sociaux :

« Si nous avions [aujourd’hui] la même létalité que celle que nous avons eue au mois de mars, c’est-à-dire le rapport de décès sur le nombre de positifs, qui était de 10 à 20 % selon les jours, il y aurait dû y avoir hier 5 400 décès en France. Nous en avons connu cinquante-quatre. Cet état de fait nous démontre que la maladie est 50 à 100 fois moins létale [qu’avant]. La maladie est beaucoup moins mortelle. »

L’affirmation choc a été très relayée sur Twitter. Elle se fonde pourtant sur des calculs guère sérieux.

POURQUOI CE CHIFFRE EST FAUX

Le chiffre étonnant auquel parvient le professeur Toussaint repose sur une simple règle de trois. On peut la reconstruire en suivant son raisonnement :

Observer le taux de létalité au printemps (20 %, dans sa fourchette la plus haute, même si, on y reviendra, ce chiffre est très au-dessus de la réalité) ;

en utilisant une règle de trois, appliquer ce taux au nombre total de cas positifs connus au 10 octobre (26 896) pour en déduire un nombre de morts attendus (5 379, arrondis à 5 400) ;

enfin, comparer le résultat obtenu au nombre de morts réels annoncés par Santé publique France le 10 octobre (54), et en conclure au micro que la maladie est « 50 à 100 fois moins létale » qu’auparavant.

Pourquoi ce calcul pose d’énormes problèmes ? Il multiplie entre eux des chiffres qui n’ont pas vocation à être comparés, comme les cas positifs et les décès d’un même jour ; et le taux de létalité apparent de mars, calculé de manière bien spécifique, et la létalité supposée du virus en octobre.

1. Un taux de létalité qui n’a (heureusement) jamais été de 20 %

Les épidémiologues distinguent deux types de taux de létalité :

– Le case fatality rate (CFR) ou taux de létalité apparent, qui donne en début d’épidémie un aperçu provisoire, souvent surestimé et fragile, de la dangerosité d’un nouveau virus, en se basant sur les cas connus. C’est naturellement les plus graves qui sont les plus visibles alors que les cas asymptomatiques passent relativement inaperçus. Il s’agit d’un chiffre à manier avec une extrême prudence et qui se périme vite, mais c’est celui que M. Toussaint utilise sans la moindre précaution six mois plus tard.

– L’infection fatality rate (IFR) ou taux de létalité réel, qui correspond à la mortalité effective de la maladie. Faute de pouvoir étudier toute la population, celle-ci est souvent extrapolée par des modélisations mathématiques complexes, à mesure que l’épidémie progresse et que la communauté scientifique apprend à connaître sa dynamique. Six mois après la première vague, il est estimé entre 0,1 % et 1 %. C’est le chiffre de référence, mais M. Toussaint n’en fait pas usage. S’il utilisait le chiffre de référence, il n’arriverait pourtant pas à un tel écart.

Résultat : le taux de létalité apparent français en mars était particulièrement élevé. Ce taux de 20 % cité par Jean-François Toussaint signifierait qu’un malade du Covid-19 sur cinq en est mort. Ce chiffre alarmant, mais très peu représentatif de la réalité, était pourtant déjà jugé trompeur fin juin.

2. Faute de tests en quantité suffisante, un nombre de cas largement sous-évalué

Calculer le taux de mortalité en octobre en se basant sur le taux de létalité apparent de mars est d’autant plus problématique que ce dernier était notoirement faussé en France. En effet, confrontés à une pénurie de tests, les services de santé y ont réalisé, au printemps, trois fois moins de tests que les autres pays. Libération rappelle que, dès le 11 mars, le gouvernement avait même invité les agences régionales de santé à stopper leur politique de dépistage dès lors que la circulation du virus devenait trop forte.

Selon des études rétrospectives de l’Institut Pasteur et de Santé publique France, moins d’un cas de Covid-19 sur dix était comptabilisé pendant cette période. L’Institut Pasteur estimait, dans un article paru dans la revue Science, que 2,9 millions de Français avaient en réalité été infectés au 11 mai, et que le taux de létalité réel dans le pays était de 0,5 %, chiffre rectifié à 0,7 % un mois plus tard.

Lire aussi  Coronavirus : pourquoi il est délicat de comparer le nombre de nouveaux cas aujourd’hui et celui du printemps

Depuis, les capacités de tests du pays n’ont fait que progresser. Du lundi 27 avril au dimanche 3 mai, les tests hebdomadaires n’étaient encore que de 76 000. Sur la semaine allant du lundi 28 septembre au dimanche 4 octobre, selon les données officielles du gouvernement, plus de 1,1 million de dépistages ont été réalisés. Des chiffres permettant de mieux refléter la réalité de l’épidémie dans le pays – ou à tout le moins de confirmer que le taux de létalité apparent de mars était faux, et certainement pas réutilisable en octobre.

3. Comparer le nombre de décès survenus un jour et le nombre de cas n’a pas de sens

Reste la question de fond. Le Covid-19 est-il effectivement devenu moins mortel ? Pour l’estimer de manière grossière, il faudrait rapporter les 54 personnes décédées le 10 octobre du Covid-19, non pas aux 26 896 cas positifs remontés le même jour comme le fait M. Toussaint, mais plutôt aux malades identifiés deux à trois semaines plus tôt – délai moyen de dégradation mortelle de la maladie.

Leur nombre, qui oscillait alors entre 5 000 et 13 000, permettrait d’estimer très approximativement ce taux de létalité entre 0,4 % et 1,1 %. Une fourchette cohérente avec sa mortalité connue, et qui ne permet pas vraiment de parler de baisse de létalité, et sûrement pas dans les proportions évoquées par l’invité de Sud Radio.

Cette supposée baisse de létalité du virus que défend M. Toussaint est souvent expliquée dans le discours « rassuriste » par une mutation du virus. Cette piste – ici prudemment écartée par l’invité de Sud Radio – a notamment été mise en avant par Didier Raoult, qui a évoqué, à l’été, une forme devenue plus bénigne, avant de parler début octobre d’un nouveau radiant au contraire plus dangereux.

Qu’en est-il exactement ? Comme le rappelle l’Inserm, le 12 octobre, « plusieurs dizaines de mutations du SARS-CoV-2 ont déjà été décrites, sans que des conséquences sur l’épidémie aient été mises en évidence ».

Dans le détail, une étude parue en août dans The Lancet a bien remarqué la disparition d’une partie du code générique du virus dans une de ses variantes détectée à Singapour. Cette mutation est effectivement susceptible de le rendre moins virulent, mais ce n’est, à ce stade, qu’une hypothèse. Il s’agit par ailleurs d’une forme circulant en Asie, non en Europe.

Quelques éléments rassurants existent néanmoins. La prudence accrue des personnes à risque, la possible diminution de la charge virale par le port du masque, ou encore les progrès de la prise en charge médicale dans les cas graves peuvent expliquer que le nombre de morts progresse – pour l’instant – plus lentement qu’au printemps.